Le Kenya non conforme aux règles anti-dopage, ses athlètes privés de JO ?

Le Kenya non conforme aux règles anti-dopage, ses athlètes privés de JO ?

Publié le , modifié le

Le Kenya a été officiellement déclaré non conforme avec les règles de l'Agence Mondial antidopage. C'est ce qu'a décidé un vote officiel à l'unanimité du conseil de la fondation de l'Agence jeudi à Montréal.

Cette décision est évidemment lourde de conséquences pour la participation des athlètes kenyans aux jeux Olympiques de Rio.

Suivant les recommandations du comité exécutif de l'instance, les juges du conseil de fondation n'ont laissé aucune nouvelle latitude au Kenya qui a pourtant affirmé avoir fait des efforts. Cependant, la nouvelle législation sur l'usage de produits dopants du Kenya, réclamée par l'AMA et adoptée fin avril par le pays, ne semble pas avoir suffi à lever les doutes. .

Après un premier sursis, l'AMA avait donné jusqu'au 2 mai au Kenya pour mettre sa législation en conformité avec ses règles d'éthique sportive en matière de dopage. Le président kenyan Uhuru Kenyatta avait signé le 22 avril la loi antidopage, pouvant laisser espérer à ce géant de l'athlétisme mondial, premier au tableau des médailles lors des derniers Mondiaux de Pékin, d'obtenir le feu vert de l'AMA.

Le président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), Sebastian Coe, qui avait menacé de suspension les athlètes kenyans pour les JO si le pays était reconnu non conforme, comme c'est actuellement le cas pour la Russie, pourrait donc désormais mettre ses menaces à exécution. .
 

Christian Grégoire