Le CIO veut "simplifier" l'organisation des JO de Tokyo

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Le Japon devrait lourdement pâtir du possible report des Jeux olympiques de Tokyo.
Le Japon devrait lourdement pâtir du possible report des Jeux olympiques de Tokyo. | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le Comité international olympique veut "simplifier l'organisation des Jeux" afin de "réduire les coûts" des Jeux olympiques de Tokyo, reportés d'un an en 2021 en raison de la pandémie de coronavirus, a déclaré mercredi son président, Thomas Bach, dans un entretien à l'AFP.

"L'impact est énorme (...) Jamais nous n'avons eu à organiser des Jeux olympiques reportés, donc il n'y a pas de plan pour cette tâche gigantesque que nous devons mener et ce dans les circonstances très difficiles de cette pandémie", a déclaré Thomas Bach. "De ce fait, nous cherchons, avec nos partenaires et amis japonais, des moyens de simplifier l'organisation des Jeux, voir comment nous pouvons réduire la complexité des Jeux et comment nous pouvons réduire les coûts de ces Jeux reportés", a ajouté le président allemand du CIO, à l'issue d'une réunion de la Commission exécutive de l'instance, tenue en visio-conférence.

à voir aussi JO Paris-2024: le programme complet des sports validé en décembre JO Paris-2024: le programme complet des sports validé en décembre

Durant cette réunion, un rapport a été présenté par le président de la Commission de coordination des JO de Tokyo, l'Australien John Coates. A Tokyo, la président du Comité d'organisation japonais, Yoshiro Mori a expliqué qu'en raison de la pandémie, "le monde a changé, au niveau social, économique et médical. Nous avons expliqué (au CIO) comment nous allons replanifier et repositionner l'organisation des Jeux". Le 24 mars, face à la crise du coronavirus, le CIO a pris la décision inédite en temps de paix de reporter d'un an les Jeux de Tokyo prévus à l'origine cet été et qui s'ouvriront désormais le 23 juillet 2021.

Interrogé pour savoir si le CIO s'était fixé un délai pour décider de maintenir ou non les JO en fonction de la situation sanitaire, M. Bach a répondu: "Il n'y a pas de date limite. S'il y a une chose que nous avons apprise durant cette pandémie, cette crise, c'est que la situation évolue au jour le jour, parfois heure après heure".

AFP