Jean-Claude Killy
L'ancien champion olympique de ski, Jean-Claude Killy, aujourd'hui président de la Commission de coordination des JO 2014 | AFP - MIKHAIL MORDASOV

Le CIO satisfait des travaux à Sochi

Publié le , modifié le

A quatre mois et demi des JO d'hiver, le CIO, par la voix de Jean-Claude Killy, s'est félicité des préparatifs de Sochi qui accueillera les Jeux du 7 au 23 février. Le champion olympique français a également calmé le jeu autour suite à la polémique née après l'adoption d'une loi controversée visant la communauté homosexuelle.

Les inondations qui ont frappé Sochi n'ont pas freiné les travaux. "Tout se passe vraiment magnifiquement", a déclaré Jean-Claude Killy,  président de la commission de coordination des JO-2014 au cours d'une  conférence de presse à Sochi, sur les bords de la mer Noire. "Les infrastructures sont quasiment prêtes (...) Les fondamentaux sont en place, il reste des détails à régler", a-t-il poursuivi. Pour ces JO, considérés comme les plus chers de l'histoire, la Russie n'a pas lésiné sur les moyens puisque le chiffre de 50 milliards de dollars (soit 36,65 milliards d'euros) a été avancé. Et la facture risque encore d'augmenter, même si "à quatre mois des jeux Olympiques (...), Sochi n'est en aucune manière en  retard. Sochi est en mode opérationnel, de nombreux tests ont été effectués et  ou sont encore effectués, les équipes seront prêtes", a assuré Killy.

Pas d'inquiétude

Autre motif d'inquiétude pour les observateurs, la loi condamnant  la "propagande" de l'homosexualité devant les mineurs promulguée par le président russe Vladimir Poutine. Là aussi, Jean-Claude Killy s'est voulu rassurant. Il a laissé entendre ne pas être préoccupé par la loi pénalisant la propagande homosexuelle devant mineurs, jugée discriminatoire par plusieurs capitales occidentales et les défenseurs des droits de l'homme. "La charte olympique prévoit que toute ségrégation soit parfaitement  interdite, que ce soit raciale, de religion, de couleur ou autre sur le  territoire olympique, et donc ce sera le cas, nous en sommes persuadés", a-t-il  dit. Il a souligné que le CIO n'avait "pas vocation à discuter des lois dans les  pays dans lesquels les jeux Olympiques" étaient organisés. "A partir du moment  où la charte olympique est respectée, nous sommes satisfaits et c'est le cas", a-t-il conclu. Le vice-Premier ministre Dmitri Kozak a affirmé qu'il n'y aurait pas de discrimination mais averti qu'aussi bien hétérosexuels qu'homosexuels seraient  "tenus pour responsables" si la loi était violée. "On ne peut pas parler de discrimination dans ce cas", a-t-il dit.

Pas Cher

Dénoncé par de nombreux défenseurs des droits de l'homme en Russie, pour  qui sa formulation vague ouvre la porte à une très large interprétation, ce  texte a provoqué de vives réactions chez les défenseurs des homosexuels dans le monde et des appels au boycott des jeux Olympiques de Sotchi. Le président du comité d'organisation Dmitri Tchernychenko a pour sa part  démenti des informations selon lesquelles la chanteuse Cher avait décliné une  invitation à se produire lors de la cérémonie d'inauguration des Jeux. "Nous ne savons rien sur les intentions de Cher de venir ici", a-t-il dit. "Le comité d'organisation de Sochi (...) ne prévoyait pas d'inviter cette chanteuse populaire". Jean-Claude Killy a par ailleurs rejeté une autre critique fréquente sur les JO de  Sochi, disant que le budget était comparable à celui d'autres Jeux d'hiver. "Le budget opérationnel des jeux Olympiques est quasiment similaire au budget opérationnel des jeux à Vancouver", a-t-il déclaré.