La polémique autour de Ye Shiwen
La médaille d'or de Ye Shiwen fait polémique | FABRICE COFFRINI - AFP

Le CIO n'a pas de raison de douter de l'exploit de Ye Shiwen sur le 400m 4 nages

Publié le , modifié le

La polémique autour des performances de Ye Shiwen lors de ces JO de Londres ne cesse d'enfler. La jeune chinoise n'a pas fini de faire parler d'elle et les soupçons gagnent le monde de la natation.

La jeune nageuse chinoise a battu le record du monde de la distance en 4:28.43 à seulement 16 ans. "Soupçonner quelqu'un immédiatement d'avoir fait quelque chose parce que cette personne a réalisé une performance extraordinaire est triste pour le  sport olympique" a estimé Arne Ljungqvist. 28.93, c'est son chrono dans les 50 derniers mètres de course. Soit 82 centièmes plus vite que sa compatriote Li Xuanxu, 2ème de la course.

La performance de Shiwen n'a pas fini de faire parler. Même les stars américaines y sont allées de leur petite déclaration. Ryan Lochte a estimé que la chinoise l'aurait "dépassé si elle avait été dans la même course que lui" alors que Michael Phelps a ajouté ironiquement que la nageuse avait "été plus vite que les gars du 4*100". De son côté, Ye Shiwen a défendu sa performance: "Il n'y a pas de problème de dopage,  l'équipe chinoise a une politique ferme" a-t-elle déclaré.

Dans un entretien publié par le journal britannique, The Guardian, John Leonard, directeur exécutif de l'Association internationale des entraîneurs de natation, a affirmé que la course de Ye Shiwen "rappelait de mauvais souvenirs" sans toutefois accuser la chinoise de dopage. L'entraîneur américain fait référence aux performances de Michelle Smith à Atlanta. L'Irlandaise avait dominé outrageusement le 400m 4 nages avant d'être convaincue de dopage en 1998.

Leonard enfonce le clou en ajoutant: "Chaque fois qu'une "superwoman" est apparue dans l'histoire de notre  sport, elle a ensuite été convaincue de dopage". Du côté du CIO, on est très mesuré. "Dans ce cas spécifique en natation, non, je n'ai personnellement pas de raison de ne pas applaudir à ce qui s'est passé", a déclaré Arne Ljungqvist, président de la commission médicale du Comité international olympique. Les officiels chinois préfèrent rappeler que leurs athlètes ont passés près de "100 tests antidopage depuis qu'ils sont arrivés à Londres".

La polémique Ye Shiwen

Voir la video