Jamie Benn, Corey Perry, Canada
Les Canadiens Jamie Benn et Corey Perry fêtent leur but | ALEXANDER NEMENOV / AFP

Le Canada défendra son titre en hockey

Publié le , modifié le

Vainqueur des Etats-Unis en demi-finale grâce à une réalisation de Jamie Benn (1-0), le Canada défendra son titre olympique face à la Suède, championne du monde en titre et olympique en 2006. Battus en finale par leurs voisins canadiens en 2002 et 2010, les Américains semblent maudits aux JO. Ils n'ont plus gagné depuis les Jeux de Lake Placid 1980. La nation à la feuille d'érable visera elle une 9e couronne olympique dimanche.

La finale qui attribuera le 98e et dernier titre des Jeux de Sotchi,  opposera donc les deux derniers champions olympiques, les Canadiens s'étant  imposés aux Jeux de Vancouver en 2010, les Suédois à ceux de Turin en 2006. Le Canada est même toujours en piste pour aller chercher dimanche un  deuxième doublé messieurs/dames consécutif, les filles ayant fait le travail  jeudi soir contre leurs rivales des Etats-Unis en finale du tournoi féminin  (3-2 a.p.). Les coéquipiers de Sidney Crosby auront la possibilité de conserver leur  titre, ce qui n'était plus arrivé aux JO depuis les trois sacres de suite de la  "Machine rouge" soviétique (1984, 1988), devenue Equipe unifiée aux Jeux  d'Albertville en 1992, après la chute de l'URSS en 1991. Les médaillés d'or de Vancouver vont donc affronter ceux de Turin, entre  équipes quasi entièrement composées de joueurs estampillés NHL.

Le Canada bête noire des Etats-Unis

Seul le Suédois Jimmie Ericsson n'a pas évolué dans la puissante ligue américaine. Mais le  puissant ailier n'est pas n'importe qui, lui qui est capitaine du Skelleftea,  champion de Suède en titre. La Suède a décroché son billet pour la finale en battant la Finlande (2-1),  tombeur en quart de la Russie (3-1). Comme à Vancouver en finale, comme les filles la veille ou en 2010, les  Etats-Unis n'arrivent tout simplement pas à battre le Canada quand ça compte. Sur la glace, les finalistes malheureux de Vancouver, ont comme prévu misé  sur leur physique pour prendre leur revanche. Si le jeu rude avait pu permettre de battre la Russie en groupe (3-2  t.a.b.) puis la République Tchèque (5-2) en quarts de finale, il n'a pas suffi  pour venir à bout des Canadiens, tout aussi rugueux. Les premières  échauffourées ont d'ailleurs réchauffé la glace après moins de deux minutes de  jeu. 

Un barrage de tirs canadiens

Si le physique de leurs adversaires avait pêché jusque-là en fin de partie,  les Américains se sont cette fois heurtés à un roc défensif. Les coéquipiers du capitaine Zach Parise pourront dire merci à leur gardien  Jonathan Quick de les avoir gardés en vie pendant l'essentiel de la rencontre. Le portier des Los Angeles Kings, champions 2012, a virevolté dans les  cages américaines (36 arrêts). Sous un barrage de tirs canadiens, il n'a cédé  qu'une fois au début du deuxième tiers-temps, ne pouvant rien faire sur le tir  de Jay Bouwmeester, dévié par Jamie Benn. Mais son homologue Carey Price a été encore meilleur, restant invaincu en  31 tirs. Le natif de Vancouver pourra cette fois regarder la finale olympique  du meilleur endroit, depuis les cages.

Vidéo: La victoire du Canada

Jerome Carrere