Neymar (Brésil)
Neymar (Brésil) | Eduardo Nicolau / AGENCIA ESTADO / Agência Estado

Le Brésil se fait peur, l'Espagne trébuche

Publié le , modifié le

L'Espagne, favorite pour l'or avec le Brésil, est tombée d'entrée face à de surprenants Japonais (1-0). En soirée, le Brésil a rapidement mené 3-0 face à l'Egypte avant de se faire de grosses frayeurs (3-2) alors que devant son public, la Grande-Bretagne a quant à elle peiné face au Sénégal (1-1).

Avec une formation composée des meilleurs espoirs du pays, renforcée par des pointures comme le nouveau latéral du Barça et révélation du dernier Euro, Jordi Alba, le milieu de Chelsea Juan Mata et le très courtisé relayeur de l'Atlhetico Bilbao Javi Martinez, la sélection espagnole faisait figure d'épouvantail dans ce tournoi olympique. Les Japonais, pourtant, n'ont pas été épouvantés... D'entrée de match, les Nipons font jeu égal avec les Espagnols. Ces derniers peinent visiblement à reproduire le jeu de leurs glorieux aînés, qui restent sur un fabuleux triplé Euro 2008-Coupe du Monde 2010-Euro 2012.

Ici, à Glasgow, le jeu de la Roja n'a pas sa fluidité habituelle. Il faut dire que la vivacité des Japonais met à mal l'organisation ibère et c'est logiquement qu'ils ouvrent le score sur un corner qu'Otsu, profitant d'une grossière erreur de marquage, reprend à bout portant (1-0, 34e). Les affaires se corsent encore un peu plus pour les hommes de Luis Milla à la 41e minute quand Martinez Birridi, coupable d'un accrochage de maillot, est logiquement exclu. A dix contre onze pendant presque 50 minutes, l'Espagne ne parvient pas à se remettre dans le sens de la marche et passe même plusieurs fois tout près de la correctionnelle ! Hormis une belle occasion d'égaliser à cinq minutes de la fin par Jordi Alba, la Roja enregistre sa première défaite de la compétition. L'or olympique est encore loin.

Le Brésil aux deux visages

Si l'Espagne a déçu pour son entrée en lice, le Brésil, lui, a d'abord convaincu avant d'inquiéter franchement de par ses errements défensifs. Les "Auriverde", toujours à la recherche d'un premier titre olympique, alignaient l'artillerie lourde face à l'Egypte. Thiago Silva et Marcelo en défense, le jeune et prometteur Oscar (acheté 30 millions d'euros par Chelsea) au milieu et Hulk et Neymar devant : le Brésil avait fière allure. Et peut même se permettre de laisser des pépites comme Ganso, Lucas ou Pato sur le banc ! Ces absences n'ont pas pesé lourd tant la formation de Menezes a dominé son sujet. En 30 minutes l'affaire semblait pliée, Rafael (16e), Damiao (26e) et Neymar (30e) étant passés par là. Après cette entame de feu, les Sud-Américains allaient sensiblement baissé de pied et laissaient les Pharaons profiter de leurs largesses en défense grâce à Abo Treka (3-1, 52e). Puis c'était Salah qui redonnait l'espoir aux Egyptiens grâce à un deuxième but qui faisait sérieusement douter les Brésiliens. Ces derniers, à l'arrache, parvenaient tout de même à préserver leur succès. Mais la promenade de santé entrevue en début de match n'était déjà plus qu'un lointain souvenir.

Devant son public de Manchester, la Grande-Bretagne n'a pas dégagé la même impression de facilité que le Brésil, loin de là. Poussifs, les partenaires de l'idole locale, Ryan Giggs, ont longtemps cru devoir leur salut à un but d'un autre Gallois, Craig Bellamy, pour se défaire de vaillants Sénégalais (1-0, 20e) mais ces derniers sont parvenus à égaliser à huit minutes de la fin grâce à Konate (1-1, 82e). Dans le premier match du Tournoi, le Honduras et le Maroc ont fait match nul (2-2), comme le Mexique et la Corée du Sud (0-0), et la Suisse face au Gabon (1-1). L'Uruguay a peiné face aux Emirats Arabes Unis (2-1). Enfin, la Biélorussie a dominé la Nouvelle-Zélande (1-0).

Julien Lamotte