Match Russie-Slovénie
Les hockeyeurs russes célèbrent leur victoire pour l'ouverture de leur tounoi olympique | Francetv Sport

Le Bolchoï, théâtre du ballet des Russes

Publié le , modifié le

L’équipe russe de hockey a parfaitement débuté son tournoi olympique en dominant la Slovénie 5-2. Alexander Ovechkin et ses coéquipiers ont découvert une patinoire du Bolchoï en fusion pour ce premier match. Le peuple russe a fait savoir que le soutien pour son équipe serait total. Ambiance.

Vladimir Poutine et les Russes n’attendaient qu’eux. Les stars de la patinoire, les hockeyeurs. Alexander Ovechkin, Pavel Datsyuk, Ilya Kovatchouk, Yvegeni Malkin et les autres ont été accueillis en héros. Même si la superbe patinoire du Bolchoï ne s’est remplie qu’en tout début de rencontre, l’ambiance est montée de plusieurs crans dès la présentation des équipes. Si celle des Slovènes, que beaucoup voyaient comme des vulgaires faire-valoir, s’est déroulée dans un relatif anonymat, l’énumération des joueurs russes a fait grimper les décibels.

A l’applaudimètre, Alexander Ovechkin est celui qui remporte le plus grand succès. La star des Capitols de Washington et ses coéquipiers entrent sur la glace au son des "Russia, Russia, Russia" qui descendent des tribunes. La fin du compte à rebours déclenche la ferveur de la foule. Face à face avant le coup d’envoi, les deux équipes ressemblent à deux armées du Moyen-âge avant l’affrontement sur le champ de bataille. Le duel sera âpre, beaucoup plus accroché que ne le reflète le score final (5-2).

Les deux équipes face à face avant le début de la rencontre, les Russes en rouge, les Slovènes en blanc
Les deux équipes face à face avant le début de la rencontre, les Russes en rouge, les Slovènes en blanc

Du ballet au hockey

On dit les Russes nationalistes. On va en avoir la confirmation. Le palet d’engagement est gagné par les Slovènes. Bordée de sifflets. Ils ne vont pas durer. Dès la deuxième minute, l’ouverture du score d’Ovechkin déclenche le délire. Certains y verront un symbole, que l’une des plus grandes stars de la NHL inscrive le premier but de cette campagne que toute une nation espère victorieuse. 1-0 puis 2-0 en quatre minutes, l’entame de la rencontre est folle. Tout comme l’ambiance. Chaque attaque des Rouge et Bleu est accompagnée d’une fureur. Difficilement décryptable à la télévision, le spectacle du hockey prend tout son sens assis dans la salle.

Les chocs sont violents et le bruit du palet sur la crosse, impressionnant. Les temps morts atténuent à peine les encouragements. Les joueurs laissent alors leur place à un curieux manège, celui des personnes de l’entretien de la glace qui en ramassent les éclats qui s'accumulent. Un curieux ballet sur une patinoire de hockey, beaucoup moins incessant que celui des changements. Toutes les 30 secondes, les joueurs sortent et entrent, se croisent, sans jamais se heurter. Sous les armures se cachent des artistes, rapides et félins. Entre les tiers-temps, ce sont les machines qui remplacent les hommes. La glace est lustrée, nettoyée. Elle fait peau neuve. Pendant ce temps, les tribunes se vident au profit des coursives de la patinoire où les queues des spectateurs s'agrandissent devant les stands. En Russie, le show est désormais à l'américaine.

Cocotte-minute

Olas, drapeaux, les principaux arguments du supporter sont bien là. Il en manque un : la pression sur l’arbitre. Au foot, on appelle ça le 12e homme. L’effet est le même, bouillonnant. Sur le quatrième but russe de Nichuskin (Dallas), les arbitres se concertent longuement avant de l’accorder. La cage a bougé. Le public gronde, siffle, les juges discutent et finissent par l'accorder. Ce qui va libérer une équipe un peu malmenée et aussi le public qui peut exploser. Comme une cocotte-minute. Les 12000 spectateurs présents au Bolchoï auront droit à un dernier but avant les dernières minutes qui ont tourné à la passe à dix. Sous les vivats. Les Russes sont lancés et savent désormais qu’ils pourront compter sur le soutien sans faille des leurs.

Deux supporters russes fiers de leurs couleurs
Deux supporters russes fiers de leurs couleurs

Vidéo : Le premier but d'Alexander Ovechkin

Benoit Jourdain @BenJourd1