Renaud Lavillenie 082011
Renaud Lavillenie. | THIERRY ZOCCOLAN / AFP

Lavillenie brille, Lemaitre cravache

Publié le , modifié le

Renaud Lavillenie a confirmé son état de grâce en décrochant un nouveau titre de champion de France de saut à la perche avec une barre à 5,85 m, son 8e succès consécutif cette saison, dimanche à Angers. Héros du samedi sur 100 m, Christophe Lemaitre a puisé dans ses réserves pour assurer la victoire sur 200 m, en 20 sec 31/100e. Au final,

Lavillenie a ensuite échoué à trois reprises à 5,95 m, hauteur qui aurait  constitué une nouvelle meilleure performance mondiale dont il est l'actuel  détenteur avec 5,90 m. Depuis le début de la saison estivale et à 40 jours des jeux Olympiques de  Londres, Lavillenie n'a jamais fait moins bien que 5,82 m.  "C'est toujours appréciable d'être champion, et c'est une belle série qui  continue. Le travail paye, c'est réconfortant", a déclaré Lavillenie.  Le Clermontois a aussi avoué sa frustration devant ses échecs à 5,95 m. "Il m'a juste manqué de bonnes conditions de vent. A chaque fois, j'ai pris  la petite brise de côté. C'est frustrant", a remarqué le champion du monde en  salle, qui a voulu voir aussi le côté positif. "C'est toujours appréciable  d'être champion. C'est une bonne série qui continue. Le travail paie".

Le grand blond a donc préservé l'essentiel, mais loin du chrono escompté  des 20 secondes et alors que les officiels avaient disposé dans l'autre sens le  demi-tour de piste pour que les sprinters bénéficient d'un alizé favorable dans  la chasse aux minimas européens et olympiques. "Je suis content mais je n'ai pas encore le coffre que j'avais pu avoir à  Daegu. Faire 20.31 en enchaînant les courses comme ça, c'est bien. On est à la  mi-juin, les Championnats de France étaient plus tôt que d'habitude. Aux Europe  il faudra être en forme", a expliqué Lemaitre. Si le double médaillé de Daegu (bronze sur 200 m et argent avec le relais  4X100 m) s'est contenté de l'ordinaire, le perchiste Renaud Lavillenie a fait  dans l'habituel haut de gamme en continuant à voler haut.

Soumaré sur la bonne voie

Pour le reste, le vice-champion olympique et médaillé d'or européen  Mahiedine Mekhissi a dominé le 3000 m steeple, qui s'est résumé en un long  sprint terminal. "J'étais justement venu ici pour travailler la course  tactique", s'est réjoui le Rémois. Sur 110 m haies, Garfield Darien a été  sacré champion de France du 110 m haies dans le temps de 13 sec 28/100e et a largement devancé Samuel Coco-Viloin (13.56) et Ladji Doucouré, 3e  dans le même temps que Coco-Viloin. Le jeune hurdler Pascal Martinot-Lagarde, lui, s'est lui perdu dans le  fracas des haies (3 et 4e) qu'il a fait tomber dès les séries. Médaillé de  bronze sur 60 m haies aux Mondiaux en salle d'Istanbul, le Francilien n'ira pas  à Helsinki et a probablement dit "adieu aux jeux Olympiques".

La course à l'envers sur le demi-tour de piste a permis à Myriam Soumaré de  se remettre en ordre de bataille. La Val d'Oisienne a réalisé 22 sec 74/100e,  de bon augure à dix jours des joutes continentales de Helsinki où elle défendra  son titre. "Avec la semaine de travail que j'ai eue, faire ce chrono est rassurant.  Maintenant je pense aux +Europe+ et pas encore aux Jeux", a souligné Soumaré,  qui tient également à monter sur les podiums du 100 m et du relais 4X100 m en  Finlande, comme il y a deux ans à Barcelone.

Double médaillée d'or olympique (2004/2008) sous les couleurs  camerounaises, François Mbango Etone, naturalisée française en 2010, s'est  qualifiée aux +Europe+ avec un essai à 14,27 m, pas loin du minima pour Londres  (14,30 m). En revanche, Muriel Hurtis a remporté  le titre de championne de France du 400 m mais dans un chrono de 52 sec et  17/100e, loin des minimas poru Helsinki et pour Londres. Elle a été été repéché pour Londres.

AFP