L'Autrichien Dürr positif à l'EPO

L'Autrichien Dürr positif à l'EPO

Publié le , modifié le

L'Autrichien Johannes Dürr est le 5e cas de dopage des JO de Sotchi, après avoir été exclu du 50 km de ski de fond au programme dimanche en raison d'un contrôle positif à l'EPO (érythropoïétine), ont annoncé dimanche les organisateurs.

"La commission juridique du Comité international olympique a décidé le 22  février l'exclusion de Johannes Dürr du 50 km départ en lignes de ski de fond",  a indiqué la Fédération international de ski (FIS), citée par les organisateurs. Dürr, 8e du skiathlon (15 km classique + 15 km libre) des JO-2014, a été  contrôlé le 16 février à Obertilliach (Autriche), son lieu d'entraînement, dans  le cadre des contrôles pré-compétitions. 

Avant Dürr, quatre autres athlètes ont fait l'objet de contrôles antidopage  positifs dans le cadre des JO de Sotchi: la biathlète allemande Evi  Sachenbacher-Stehle, le pousseur-freineur du bobsleigh à quatre italien William  Frullani, la fondeuse ukrainienne Marina Lisogor et le joueur de hockey sur  glace letton, Vitalijs Pavlovs. L'Autrichien de 23 ans avait fait sensation lors du Tour de ski 2014,  l'épreuve par étapes comptant pour la Coupe du monde de ski, dont il avait pris  la 3e place, en réussissant une dernière étape exceptionnelle. 

Lors des derniers Championnats du monde 2013 dans le Val di Fiemme  (Italie), il s'était classé 15e du skiathlon et 43e du 15 km. Le ski nordique autrichien a par le passé déjà été lié à des affaires de  dopage à cause de Walter Mayer, entraîneur en chef de l'équipe de ski de fond  autrichienne et suspendu par la FIS après les jeux Olympiques 2002 de Salt Lake  City (Etats-Unis) après la découverte dans leur logement de matériel ayant  servi au dopage sanguin. 

En 2006, lors des JO de Turin, la police italienne avait saisi au domicile  occupé par des membres de l'équipe d'Autriche de biathlon conseillé par Mayer  du matériel pour procéder à des opérations de dopage sanguin.

AFP