La présence des Etats-Unis aux JO de Tokyo : "ça reste à voir" selon le président Joe Biden

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Joe Biden
Joe Biden, mardi lors du jour de l'élection, après son discours au Chase Center de Wilmington, dans le Delaware. | ANGELA WEISS / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

La présence d'une délégation américaine aux Jeux olympiques de Tokyo "reste à voir" et la décision sera "fondée sur la science", a déclaré dimanche soir le président américain Joe Biden dans une interview radio.

"J'espère que nous pouvons participer, j'espère que c'est possible, mais ça reste à voir", a-t-il déclaré dans une interview diffusée par le réseau de radios américaines Westwood One lors de la mi-temps du Super Bowl, insistant sur le fait que le Premier ministre japonais Yoshihide Suga "travaillait très dur afin d'être en position de pouvoir ouvrir les Jeux de manière sûre".

Les organisateurs des Jeux de Tokyo et le Comité international olympique (CIO) ne cessent de promettre des JO "sûrs" cet été (23 juillet-8 août) malgré la pandémie de coronavirus, mais des experts sanitaires japonais et étrangers ont toujours des doutes sur cette question. Interrogé sur la pertinence de la tenue des JO, le président américain a répondu que toute décision sur ce sujet devait être "fondée sur la science".

à voir aussi Propos sexistes du patron des JO de Tokyo : au Japon, les femmes subissent la lourde tradition du sexisme Propos sexistes du patron des JO de Tokyo : au Japon, les femmes subissent la lourde tradition du sexisme

Pour une parité ethnique dans l'encadrement

Joe Biden a également abordé le thème de la diversité dans le sport, au moment où les équipes du championnat professionnel de football américain (NFL) sont accusées de racisme systémique pour leur incapacité à promouvoir des entraîneurs assistants issus de minorités à des postes à plus haute responsabilité.

"Je ne comprends pas pourquoi elles ne parviennent pas à trouver -car ils existent- autant d'entraîneurs afro-américains qui sont qualifiés, qui devraient (entraîner) au niveau professionnel à mon avis", a-t-il soutenu.

AFP