Ezekiel Kemboi et Mahiedine Mekhissi-Benabbad
Ezekiel Kemboi dans les bras de Mahiedine Mekhissi-Benabbad | AFP-Fife

La passe de deux pour Mekhissi

Publié le , modifié le

Comme à Pékin il y a quatre ans, Mahiédine Mekhissi a décroché la médaille d'argent du 3000 m steeple en 8'19"08, grâce à un superbe final au terme d'une course tactique dans laquelle il a tenu tête aux favoris kényans. La médaille d'or est revenue à Ezekiel Kemboi en 8'18"56.

Médaillé d'argent controversé aux à Pékin, Mahiédine Mekhissi voulait prouver qu'il allait falloir encore une fois compter avec lui. Sa deuxième place, voilà quatre ans, avait surpris tout le monde, et provoqué quelques sarcasmes. Mais lui n'était pas étonné car il savait la somme de travail consentie pour y parvenir. Le Rémois a depuis confirmé largement son potentiel en alignant une médaille de bronze mondiale et deux titres européens qui en font l'un des rares adversaires crédibles des coureurs des hauts plateaux. 

La finale du 3000 m steeple

Des Kényans et un Français

Et le fait est que le Français a tenu la dragée haute aux grands favoris. Dans une course partie sur un rythme assez lent, le Rémois a toujours été dans le tempo, bien placé, d'abord dans le sillage de l'Américain Evan Jager  puis dans celui des Kényans. D'abord Abel Kiprop Mutai qui a décidé d'emballer le mouvement à deux tours de la fin. Une accélération fatale à la moitié du peloton, mais le Français était toujours là. Il l'était encore après la chute du champion sortant Kiproto qui abandonnait ses chances de podium malgré une tentative de retour désespéré.

Ce fut ensuite Ezekiel Kemboi qui prit les choses en mains devant Mutai. Mais dans le dernier tour, après un meilleur passage de la rivière, Mahiédine Mekhissi supérieur au sprint, passait dans la dernière ligne droite Mutai qui devait se contenter du bronze. Kemboi s'envolait vers la victoire et le Français réussissait la passe de deux en s'adjugeant une nouvelle médaille d'argent. "Kemboi, c'est le Kényan que j'apprécie le plus. C'est de bonne guerre, je  le félicite, c'est un très grand champion", a souligné le Français de 27 ans.  J'ai réalisé une belle course, mais quand Kemboi attaque, j'ai une absence."

Les deux hommes qui s'estiment  et s'apprécient se sont longuement étreints sitôt la ligne d'arrivée franchie. Kemboi a revêtu le maillot français pour faire le tour d'honneur, drapeau kenyan à la main. Alors que Mekhissi pouvait savourer la 25e médaille française, et pour l'athlétisme tricolore une première qui en appelle d'autres.       

La réaction de Mekhissi

Portrait de Mahiédine Mekhissi

Christian Grégoire