Justin Gatlin
Justin Gatlin devance Asafa Powell | KARIM JAAFAR / AFP

La menace Gatlin

Publié le , modifié le

Le sprinteur américain Justin Gatlin a frappé un grand coup en remportant le 100 m du meeting de Doha, première épreuve de la Ligue de diamant 2012 qui a lancé de manière magistrale l'année olympique avec de nombreuses excellentes performances, malgré une chaleur torride (40°C).

C'était l'anniversaire de son fils Jace, et papa Justin lui a fait un beau  cadeau: son retour, par la grande porte, parmi les meilleurs sprinteurs du  monde en signant la 3e marque de l'année (9.87), derrière Bolt (9.82) et Blake  (9.84). Après avoir payé de quatre années de suspension ses errements (2006 à 2010,  pour dopage aux stéroïdes), Gatlin  avait déjà refait parler de lui en mars, en  devenant champion du monde du 60 m en salle. Vendredi à Doha, Gatlin  a montré toute sa volonté en coiffant au poteau le  Jamaïcain Asafa Powell (9.88), ancien recordman du monde, pourtant auteur d'un  bien meilleur départ.

"Je voulais gagner pour lui (son fils) ! C'est mon entrée en matière la  plus rapide de toute ma carrière ! Ca montre que j'ai de la hargne et que j'ai  encore des courses dans les jambes, mes vieilles jambes", a déclaré le champion  olympique 2004, aujourd'hui âgé de 30 ans, dont le record personnel officiel  est de 9 sec 85/100e. Il avait signé 9 sec 77/100e en 2006, un co-record du  monde avec Powell, invalidé lorsqu'il a été reconnu coupable. Powell lui, regrettait "le décalage horaire" qui l'a fatigué. Mais il  recule encore un peu plus dans la hiérarchie mondiale du sprint avec le retour  de Gatlin ... Dans la même course, le Français Jimmy Vicaut a pris la 8e et dernière  place en 10.28 après un départ difficile. "On va analyser ça, mais je visais  plutôt 10.15 à 10.20", a-t-il reconnu, déçu.

La grande déception de la soirée est venue du roi éthiopien Kenenisa  Bekele, meurtri par deux années de blessures et dont la couronne vacille encore  un peu plus après son 3000 m raté (7e en 7:40.00). "J'ai loupé une semaine d'entraînement, j'ai pris deux-trois jours de  repos", a-t-il simplement commenté. La réunion de Doha a vu de nombreuses excellentes performances, et le Kenya  a régné en maître sur le demi-fond, s'adjugeant les six épreuves au programme. Sur 800 m, David Rudisha et Pamela Jelimo ont signé deux meilleures  performances de l'année (MPM), respectivement en 1:43.10 et 1:56.94. Le 1500 m masculin a permis à Silas Kiplagat de passer sous les 3 min 30  sec (3:29:63), une performance qu'aucun athlète n'avait réalisé depuis près de  deux ans et... lui-même à Monaco (3:29.27). Cela rend d'autant plus remarquable  le chrono de son dauphin et compatriote Asbel Kiprop (3:29.78). L'Américain Walter Dix a fait une rentrée satisfaisante sur 200 m (20.02)  et chez les femmes, l'Américaine Allyson Felix a gagné le 100 m (10.92) devant  la Jamaïcaine Veronica Campbell-Brown (10.94).
 

Côté Français, le sourire est venu de la perchiste Vanessa Boslak, récente  médaillée d'argent aux Mondiaux en salle d'Istanbul, et qui a décroché son  billet pour Londres en réalisant les minima (4,50 m). "C'est une étape, je  voulais m'en débarrasser le plus tôt possible, sans que ça devienne une  fixation", a-t-elle indiqué. Les autres Français ont connu des fortunes diverses. Salim Sdiri a pris la 6e place de la longueur avec un dernier bond à 7,79  m. "Je suis encouragé même si je voulais faire un gros saut à plus de 8 m",  a-t-il déclaré. Sdiri est déjà qualifié pour les Jeux grâce à son bond à 8,27 m  l'été dernier à Lausanne. Mickaël Hanany (2,30 m) a pris une jolie 3e place au saut en hauteur, et le  jeune Pierre-Ambroise Bosse, 20 ans le jour-même, a réalisé les minima pour les  Championnats d'Europe d'athlétisme sur 800 m (1:45.69). Françoise Mbango Etone a fini 3e au triple saut (14,09 m), Nathalie  Marie-Nely 9e (13,51 m), Jessica Cérival 7e du poids féminin (16,49 m), tout  comme Jeff Lastennet lors de la finale B du 800 m (1:48.60).
  

AFP