Les travaux du métro de Rio
Le métro de Rio de Janeiro en plein travaux pour son extension en vue des Jeux Olympiques | AFP - CHRISTOPHE SIMON

La ligne du métro reliant Ipanema au Parc olympique ouvrira 4 jours avant les Jeux

Publié le , modifié le

Véritable clé du projet de Rio-2016 concernant les transports des spectateurs, la ligne 4 du métro, qui a été prolongée pour rallier le quartier d'Ipanema et de Copacabana au parc olympique de Tijuca, devrait ouvrir le 1e août, soit quatre jours avant le début des Jeux Olympiques. Les autorités de Rio l'ont annoncé, tout en précisant que cette ligne ne serait mise en service que de façon limitée. En effet, seuls les personnes munies de tickets, les athlètes et les médias pourront l'emprunter.

"Les rames auront moins de fréquence", a ainsi expliqué Rodrigo Vieira, secrétaire des Transports de l'état de Rio lors d'une interview à la chaîne RJTV. Il a également précisé que la ligne ne serait ouverte au grand public qu'après la fin des Jeux Paralympiques, mi-septembre. "La population qui ne participe pas aux Jeux pourra utiliser le métro le lendemain de la fin des Jeux Paralympiques. Nous réduirons les intervalles entre les trains et offrirons plus de capacités de transport." Il y a deux mois, Sidney Levy, le chef des opérations des Jeux Olympiques, avait affirmé que le métro ouvrirait doucement un mois avant les Jeux. 

Cette ligne 4 du métro devrait, à terme, transporter 300 000 passagers par jour. Ce ne sera donc pas le cas au début de sa mise en service. Elle était particulièrement importante dans le projet olympique de Rio car le parc olympique de Tijuca, construit pour l'occasion, a été édifié très à l'Est du centre historique et touristique de la ville carioca. Les quartiers d'Ipanema et de Copacabana, avec vue sur le Pain de Sucre et sur le Corcovado, peuvent être ralliés, depuis le parc olympique en plus de 45 minutes en voiture. Et certainement beaucoup plus lors des JO.

Les retards dans les travaux n'ont pas seulement retardé l'ouverture. Ils ont aussi fait grimper la note, la faisant passer de 1.4 milliard d'euros à 2.8 milliards.