Priscilla Gneto
Priscilla Gneto en action. | Reuters

La judokate Priscilla Gneto entre en piste

Publié le , modifié le

Ce dimanche, début des compétitions dans la catégorie des - 52 kg chez les filles. Dans le camp français, c'est la Levalloisienne Priscilla Gneto qui tentera de débloquer le compteur médailles. Malgré la pression, la Francilienne en a largement les capacités techniques.

Sa qualification a déclenché une polémique en mai dernier. Adversaire directe d'une autre Française, Annabelle Euranie, dans cette catégorie des - 52 kg, Priscilla Gneto a été préférée par le comité de sélection à sa concurrente. Son palmarès a joué en sa faveur. Se sentant plus compétitive depuis le début de l'année, Euranie l'a eu plutôt mauvaise devant le choix final des dirigeants du judo français. Autant dire que Gneto n'a pas trop le droit à l'erreur sur le tatami carioca. Elle débutera l'épreuve à 15h07 précisément, en seizièmes de finale, contre la Suisse Evelyne Tschopp.

"Un kumi-kata hyper fort"

La soeur aînée d'Astride Gneto ne manque pourtant pas d'arguments. Médaillée de bronze il y a quatre ans à Londres, la championne du monde 2011 est tout de même montée sur la deuxième marche du podium aux récents Championnats d'Europe de Kazan (Russie). Consultante pour France Télévisions, Lucie Décosse apprécie le style de son héritière : "Priscilla a notamment pour elle un judo varié et un kumi-kata (garde) hyper fort et précis." La compagne d'Alexandre Iddir, également à Rio dans la catégorie des - 90 kg, possède effectivement des qualités physiques exceptionnelles et une palette technique au-dessus du lot.

Fan de Rihanna

Fan absolue de la chanteuse Rihanna, "Prissou" aura fort à faire, dans un tableau où la Roumaine Andreea Chitu et la Japonaise Misato Nakamura font partie des favorites. Mais Gneto aura son mot à dire. L'ancienne spécialiste Cécile Nowak, championne olympique en 1992, y croit, même avec un bémol : "Ce serait une vraie "tueuse" si son mental ne la pétrifiait pas quelquefois." Repérée par Christian Chaumont, son entraîneur à Levallois, qui est aussi le coach de Teddy Riner, Priscilla Gneto a évidemment le soutien de son mentor. "Elle peut attaquer de tous les côtés", assure-t-il. A elle de le prouver aujourd'hui au Parc olympique de Barra.

Nicolas Gettliffe