Earvin Ngapeth et Kevin Le Roux, lors de France-Italie (Euro 2015).
Earvin Ngapeth et Kevin Le Roux ont perdu le fil du match face à la Pologne | SIPA

La France battue par la Pologne dans le TQO

Publié le , modifié le

L'équipe de France de volley s'est inclinée face à la Pologne, championne du monde, qui s'est imposée par 3 sets à 2 (22-25, 13-25, 31-29, 25-17, 15-12), dans son deuxième match du tournoi de qualification olympique (TQO), dimanche à Tokyo. Après un début de rencontre convaincant, et les deux premières manches remportées, les Bleus ont perdu le fil du match, puis ils ont cédé mentalement et redonné confiance aux Polonais qui ont su en profiter.

C'est un scénario assez surprenant qui s'est déroulé pour les Français. Contrairement au début poussif qu'ils avaient connu la veille contre la Chine, ils sont partis sur des bases très solides face à la Pologne. En s'appuyant sur un bloc défensif costaud, et portés par la réussite de Kevin Tillie, de Le roux et Le Goff mais aussi la présence de N'Gapeh pour conclure les actions, ils se dirigeaient vers un succès tranquille après avoir logiquement dominé les deux premiers sets 25-22 et 25-13).

Un 3e set où tout bascule

Dans le troisième, ils semblaient poursuivre sur leur lancée, proposant toujours une vraie puissance de feu et une solidité défensive à toute épreuve. Mais au fil des minutes, les Bleus se montraient plus approximatifs, un peu moins concentrés sur le sujet. Ils manquaient des points qui semblaient tout faits et avaient du mal à soigner leur application. Après avoir mené 11-6, ils étaient rattrapés 20-20 et semblaient désemparés. Si  bien que, malgré cinq balles de match, ils finissaient par perdre le troisième set (31-29). C'est à partir de là que la donne a complètement changé dans cette partie pour l'équipe de Laurent Tillie, puisqu'elle a relancé une Pologne qui jusque là n'avait fait que subir et constater les dégâts.

Reprenant confiance, les Polonais sortaient la tête du trou et retrouvaient la maîtrise du jeu. Alors que dans le même temps, les Français dépités de n'avoir pas su conclure ce match à leur portée, tombaient dans la précipitation et l'énervement, perdaient leur repères en même temps que leur influx et leur volley pourtant si bien huilé jusque là. Inconsciemment, ils levaient le pied dans le jeu et lâchaient psychologiquement, les Polonais remontés moralement devenaient de plus en plus forts et remportaient la 4e manche sans trembler, avant de conclure dans un 5e où les Bleus n'ont guère affiché de révolte..

Frustration

"On attend qu'ils fassent la faute au lieu de continuer avec agressivité", a résumé  Tillie. "Un peu de déconcentration fait qu'on n'arrive pas à tuer ce 3e set...", a-t-il ajouté en reconnaissant sa "frustration". Laquelle est partagée par ses coéquipiers. "C'est très frustrant, surtout qu'on avait bien le match en mains. On a peut-être gagné ce deuxième set trop facilement", a estimé pour sa part  le libéro Jenia Grebennikov pour expliquer le soudain revirement de situation. Mais "c'est surtout la Pologne qui a commencé à très bien jouer", a-t-il ajouté. Sentiment partagé par le central Nicolas Le Goff: "on se voyait gagner le 3e set, mais ce sont les champions du monde... on était tellement sûrs de gagner ce 3e set que quand ils sont revenus, on a pris l'eau".

Cete défaite n'hypothèque pas les chance de la France d'aller à Rio  puisque les 4 premiers du tournoi se qualifient. Mais pour cela, joueurs et coach voient la suite de la même façon: "il faudra rebondir" mardi contre l'Iran, une équipe battue à deux reprises récemment en matchs de préparation, mais qui depuis le début du TQO a gagné contre l'Australie et le Canada.

Christian Grégoire