Mo Farah - JO 2012
Mo Farah, double champion olympique 5000 et 1000m | AFP - FRANK FIFE

La double lame de Farah

Publié le , modifié le

Le Britannique Mo Farah a remporté l'or du 5000 m en 13:41.66. A 29 ans, il a devancé l'Ethiopien Gebremeskel et le Kényan Longosiwa. Dans une grande soirée de finales, le relais féminin du 4x400m américain a survolé sa course, la Russe Chicherova a été sacrée à la hauteur et Kershorn Walcott a remporté le lancer du javelot pour sept centimètres.

Mo Farah sera l'une des grandes stars britanniques de ces JO. Parfaitement préparé et bien aidé par la timide concurrence, il est devenu le  septième homme à réaliser le prestigieux doublé des courses de fond 5 000 - 10 000 et c'est la huitième fois que le doublé est réalisé. Il entre ainsi au panthéon des demi-fondeurs au côté de Kolehmainen (1912), Zatopek (1952), Kuts (1956),  Lasse Viren (1972, 1976), Yifter (1980) et Bekele (2008) qui ont déjà réussi pareil exploit aux JO. 

Un finish de dingue

A chaque fois, Farah a construit le même scénario profitant de l'apathie de la concurrence. Une course lente puis un final tout  en vitesse et en résistance. Là encore, la course est partie sur une allure de grand-père (bon un grand-père rapide). La course s'est animée sous les coups de butoir d'un Azéri d'origine éthiopienne Hayle Ibrahimov mais elle est restée lente (5:56.70 au 2e km). Puis les "vrais" Ethiopiens ont pris les commandes de la course avant la première accélération de Farah à 700 m. A la cloche, tout le peloton était encore présent pour jouer la victoire et Farah plaçait une superbe accélération à la... Bekele en 2008. Malgré "la chaleur" et "la fatigue" dans les jambes, il résistait à l'énergie au contre de Longosiwa et surtout au retour de la dernière ligne droite Gebremeskel au prix d'un dernier effort.

Farah a été félicité par  son épouse, enceinte de jumeaux. Deux comme son doublé olympique. "Deux médailles pour mes deux petites filles, je ne pouvais pas espérer mieux. Je ne pouvais tout de même pas en priver l'une ou l'autre de médaille", a déclaré la nouvelle star.

Les Américaines intouchables sur 4x400m

Les Américaines ont dominé la finale du 4x400m avec un chrono époustouflant de 3:16.87, la meilleure performance mondiale de l'année ! Sur la ligne d'arrivée, elles ont devancé la Russie et la Jamaïque. La France, avec un relai composé de Phara Anacharsis, Murielle Hurtis, Marie Gayot et Floria Guei, termine à la 6e place. Avec beaucoup de regrets. Les passages de témoins ont grandement handicapé le quatuor qui termine en 3:25.92.

Chicherova, la "Tsar" de la hauteur

Toujours plus haut. La Russe Anna Chicherova s'est imposée de main de maître lors de la finale de la hauteur féminine avec une barre à 2,05m. A 30 ans, la championne du monde de Daegu a dominé l'Américaine Brigetta Barrett (2,03m) et sa compatriote Svetlana Shkolina. En l'absence de l'autre star de la discipline, Bianca Vlasic, Chicherova a confirmé que c'était bien elle, la "Tsar" de la discipline.

Kershorn Walcott, le junior médaillé d'or

A 19 ans, le Trinidadien Kershorn Walcott est devenu champion olympique de javelot. Avec un jet mesuré à 84,58 m. C'est le premier sacre d'un Caribéen dans une discipline historiquement dominée par des Scandinaves. Champion du monde junior le mois dernier à Barcelone, Walcott a prouvé avoir déjà les épaules pour dominer les plus grands. Sur le podium, il devance l'Ukrainien Oleksandr Pyatnytsya (2e avec 84,51 m) et le Finlandais Antti Ruuskanen (3e avec 84,12 m). Il succède au palmarès à Andreas Thorkildsen, champion olympique en 2004 et 2008.

Savinova en or sur 800m

La Russe Mariya Savinova est devenue  championne olympique du 800 m en 1:56.19. En finale, elle a devancé la Sud-Africaine Caster Semenya et sa compatriote, Ekaterina  Poistogova (3e en 1:57.53). Semenya, championne du monde à Berlin, pourra avoir des regrets à l'issue de la course. En effet, elle a déclenché son sprint final trop tard dans la dernière ligne droite et n'a pas réussi à revenir sur la médaille d'or.

 

Mathieu Baratas