Les cinq anneaux se réunissent ensuite dans les airs encore brûlants
Les anneaux olympiques, enjeu majeur pour 2024 | AFP - JEWEL SAMAD

La cérémonie d'ouverture encensée par la presse

Publié le , modifié le

La cérémonie d'ouverture des jeux Olympiques de Londres et son humour typiquement "british" a enchanté la presse qui ne tarit pas d'éloge samedi à propos du spectacle mis en scène par Danny Boyle.

L'Équipe juge ces olympiades "déjà magiques" et salue "un spectacle  grandiose". "La cérémonie d'ouverture offerte hier au monde entier par les  Britanniques a été exceptionnelle d'audace, de poésie et d'humour", écrit le  quotidien sportif. "JO 2012 : la flamme est déclarée", s'amuse Libération qui met à la Une  l'image des cinq anneaux olympiques en fusion s'élevant du stade "dans une  odyssée extraordinaire". "Ouverture royale pour les jeux Olympiques" juge Le Figaro. "Histoire, magie et émotion" : Le Parisien résume ainsi le "spectacle  grandiose" offert vendredi soir. Un peu plus réservée, La Voix du Nord parle d'une cérémonie d'ouverture "so british", "un spectacle tout à la gloire de la perfide Albion".

Fierté et bonheur de la presse britannique

Les journaux britanniques laissent éclater leur fierté ce samedi matin après la cérémonie des Jeux olympiques de Londres que le Times qualifie de "Greatest Show", le plus grand spectacle. "Londres a mis le feu au monde", affirme de son côté The Independent qui revient sur le clou du spectacle, l'embrasement du chaudron où la flamme olympique brûlera jusqu'à la fin des Jeux par sept jeunes sportifs en devenir. Le Guardian décrit dans le détail cette "Nuit des Merveilles", allusion au titre choisi pour sa création par le cinéaste Danny Boyle, directeur artistique de la cérémonie, "Îles des merveilles".

"Her Majesty's Secret Service": The Sun, quotidien tabloïd le plus lu de Grande-Bretagne, a choisi pour sa part de retenir l'un des moments les plus surprenants du spectacle, l'apparition de la reine Elizabeth incarnant son propre rôle au côté de Daniel Craig, l'interprète de James Bond. "Good evening, Mr Bond", dit la monarque dans cette courte fiction qui commence au palais de Buckhingham et fait croire que la reine arrive au Stade olympique de Stratford en sautant en parachute depuis un hélicoptère. La BBC assure pour sa part que "le spectacle orchestré par Danny Boyle avec pour vedette David Beckham, Bradley Wiggins et James Bond sera inoubliable".

Pas en direct aux Etats-Unis

Si la cérémonie n'a pas été retransmise en direct par la chaîne NBC, la presse américaine a aussi apprécié la spectacle. Ainsi, le New York Times juge que la Grande-Bretagne a "affirmé son excentricité" en donnant à voir au monde une cérémonie "hilarante et originale, un kaléidoscope sauvage de fête et d'imaginaire, conventionnel et excentrique". "Vendredi soir, la Grande-Bretagne s'est présentée au monde sous un jour qu'elle a souvent eu du mal à exprimer pour elle-même: une nation sûre de son identité post-coloniale, quelle qu'elle soit", poursuit le journal américain.

AFP