JO pretexte
. | Photo Pool KMSP / DPPI

La candidature de Los Angeles se précise

Publié le , modifié le

La candidature de Los Angeles à l'organisation des jeux Olympiques 2024, après le retrait de Boston, a fait un grand pas en avant avec la publication de son projet qui devrait permettre aux Etats-Unis d'accueillir les JO d'été pour la première fois depuis 1996.

Selon le projet préliminaire publié mardi, la municipalité de Los Angeles  table sur un budget de 4,1 milliards de dollars (3,6 Mds d'euros) et vise des  recettes de 4,8 milliards de dollars grâce à la billetterie, aux partenariats  et aux droits TV. La construction du village olympique, l'un des postes les plus importants  lors de l'organisation de JO, serait prise en charge en très grande partie par  un promoteur immobilier qui débourserait 925 M de dollars sur le milliard de  dollars estimé pour ce projet. D'un point de vue sportif, le projet est articulé autour de cinq noyaux  dont le centre de Los Angeles, Hollywood et Santa Monica.

Les organisateurs prévoient notamment de faire du Coliseum, le stade au  coeur des jeux Olympiques 1984, le théâtre des cérémonies d'ouverture et de  clôture, ainsi que des épreuves d'athlétisme. Le projet LA 2024 prévoit l'utilisation de structures déjà existantes comme  le Staples Centre, le salle omnisport où les Los Angeles Lakers et les Los  Angeles Clippers disputent leur match à domicile, qui accueillerait les  épreuves de gymnastique, le Centre des conventions (judo), le Dodger Stadium  (baseball, softball). Le "bid book" contient également les dates de la quinzaine olympique, qui  aurait lieu du 19 juillet au 4 août. Los Angeles a déjà organisé les JO d'été à deux reprises en 1932 et 1984.

Les Etats-Unis ont jusqu'au 15 septembre pour soumettre leur candidature au  Comité international olympique (CIO), qui annoncera en 2017, à Lima (Pérou), la  ville hôte des JO 2024. Le comité olympique américain (Usoc) avait intialement choisi Boston qui a  retiré sa candidature, faute d'adhésion de sa population inquiète des  éventuelles répercussions financières. Paris, Rome, Hambourg et Budapest ont déjà fait acte de candidature.

AFP