Kitajima Kosuke brasse 06 2010
Le Japonais Kosuke Kitajima | AFP - Christian Alminana

Kitajima rate la qualification pour Rio et arrête sa carrière

Publié le , modifié le

A 33 ans, Kosuke Kitajima, véritable légende dans son pays mais aussi dans le monde de la brasse, n'est pas parvenu à se qualifier pour les Jeux Olympiques de Rio. Qaudruple champion olympique, le Japonais n'a fini qu'à la 5e place du 200m brasse des championnats du Japon, après avoir déjà raté la qualification sur 100m. "Dans mon esprit, c'est terminé", a-t-il dit après être sorti de l'eau. "Je savais que ma carrière se terminerait à Rio ou ici à Tokyo cette semaine".

Double champion olympique du 100 et du 200m brasse à Athènes en 2004 comme à Pékin en 2008, double champion du monde du 100m et du 200m brasse à Barcelone en 2003, Kosuke Kitajima a mis un terme à sa carrière. Une nouvelle déception, la dernière, avec une non-qualification pour les Jeux Olympiques de Rio, alors qu'il rêvait de disputer ses 5e Jeux consécutifs, a eu raison de sa volonté. "Ce fut une longue et dure route pour revenir et essayer de nouveau de participer à des jeux Olympiques; Mais je dois accepter le résultat. Je n'ai aucun regret", a-t-il dit après sa 5e place sur le 200m des championnats du Japon. Il a retenu ses larmes, est resté digne, comme toujours.

Il savait depuis un moment qu'il n'était plue le nageur qu'il avait été. Lui qui avait échoué au pied du podium du 100m brasse à Sydney en 2000 alors qu'il n'avait que 17 ans, avait terminé à la même place, cette fois sur 200m brasse, à Londres en 2012. Il rêvait de Rio pour boucler la boucle, pour atteindre encore une fois une finale olympique. Mais il ne verra pas le Brésil. La concurrence nationale a eu raison de lui. A 33 ans, avec sa nage toute en glisse, il avait mené le Japon sur le podium du relais 4x100m 4 nages lors des trois derniers JO (bronze à Athènes et Pékin, argent à Londres). Médaillé dans chacun des championnats du monde entre Fukuoka 2001 et Barcelone 2013, il clôt une belle page de la natation nippone.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze