Jean-Claude Killy
L'ancien champion olympique de ski, Jean-Claude Killy, aujourd'hui président de la Commission de coordination des JO 2014 | AFP - MIKHAIL MORDASOV

Killy : les Russes "seront prêts"

Publié le , modifié le

Jean-Claude Killy, président de la commission de coordination des jeux Olympiques au CIO, a affirmé mercredi que "les Russes seront prêts" pour les JO de Sotchi (7-23 février) mais reste très prudent vis-à-vis des polémiques sur le coût des JO, la corruption et le dossier des ouvriers non payés.

"Nous arrivons au bout. Les Russes seront prêts. Ils ont réalisé des  travaux herculéens. Les constructions sont déjà livrées à l'exception de  l'immeuble qui abritera les télévisions du monde entier et de un à deux hôtels  encore dans les plâtres", a expliqué M. Killy, actuellement en visite en Russie  sur le site des JO, dans un entretien paru mercredi dans le quotidien régional  français "Le Dauphiné libéré." C'est la 36e visite en Russie, à Sotchi, de l'ancien champion olympique  français (1968). Sur le dossier des ouvriers non payés, Jean-Claude Killy a noté que "les  250 personnes qui ont connu des difficultés à se faire payer représentaient  0,43% de l'emploi sur tous les chantiers à ce moment-là". "Sur des centaines d'entreprises, une ou deux ont fait faillite et ont  laissé des gars sur le carreau. Nous avons alerté le plus haut sommet de  l'Etat", a-t-il dit.

Il y a toujours eu de la corruption

Pour JCK, le budget de fonctionnement des JO sera "équivalent à ceux de  Vancouver (2010) soit 2 milliards de dollars couverts par les droits télé et  marketing avec 7 milliards de dépenses pour les équipements sportifs répartis entre les oligarques et le budget de l'Etat." "Après, sur le développement du territoire et les infrastructures, chacun  fait comme il veut...", a estimé Killy, ajoutant que les Jeux étaient un  accélérateur formidable du développement du territoire" tout en restant évasif  sur les problèmes de corruption. "La corruption n'a été inventée ni par les Russes ni par le CIO et fait  partie de la nature humaine. A chaque grand chantier, vous avez de la  corruption. Y-en-a-t-il plus en Russie ? Je ne peux pas vous dire", a plaidé  Jean-Claude Killy, 70 ans. Il espère une franche réussite de ces Jeux "dans un pays très longtemps  fermé". "C'est une avancée, une ouverture. Ce pays est en route vers la démocratie  comme le proclame Vladimir Poutine. Je n'ai pas de raison de le critiquer pour  le critiquer et ainsi aboyer avec la meute. Il s'est montré très disponible.  J'ai découvert un homme passionné par les Jeux et attaché au sport", a-t-il  conclu.