Kevin Rolland
Le spécialiste du ski half-pipe, Kevin Rolland | AFP - JEAN-PIERRE CLATOT

Kevin Rolland, le tube de l'hiver

Publié le , modifié le

Ce 18 février, Kevin Rolland va découvrir les JO. Lui qui a déjà tout gagné en ski half-pipe attendait que sa discipline devienne olympique. A 24 ans, il a l’occasion de boucler la boucle et de remporter le seul titre qui manque encore à son palmarès.

En 2011, le CIO a réparé une injustice. Le ski half-pipe est devenu une discipline olympique, 13 ans après le surf. Cette discipline où les skieurs dévalaient un half-pipe (le tube) en enchaînant les figures frappait à la porte. Elle s'ouvre enfin en Russie. La fin d’une aberration pour Kevin Rolland. "Je ne comprenais pas pourquoi les snowboardeurs et pas nous alors qu'on a le même niveau", s’agaçait-il. L’inégalité est oubliée et le skieur de La Plagne est à l’aube de son plus grand défi : devenir le premier champion olympique de ski freestyle.  "Je suis un vrai compétiteur et les JO sont la plus grande compétition qui existe au monde, assure Rolland. C'est vraiment le summum du sport d'arriver à  être le meilleur à l'instant T, 20 secondes en l'espace de quatre ans. C'est la performance à l'état pur."

Promotion

Le natif de Bourg-Saint-Maurice a découvert le ski à sept ans. Cinq ans plus tard, il abandonne les descentes pour les figures spectaculaires du ski freestyle. Une discipline qu’il n’a plus quitté depuis et dans laquelle il s’est hissé parmi le gratin mondial, avec les Nord-Américains. Déjà un premier exploit si on l’écoute, lui qui est obligé de s’exiler aux Etats-Unis pour s’entraîner. "C’est très dur de faire du freestyle en France, surtout en début de saison. Les snow park ne sont prêts qu’au mois de février donc en début de saison, c’est mission impossible". A l’intérieur du tube, il se bat donc pour lui, mais aussi pour "faire évoluer les choses dans le bon sens". Il sait que les JO sont la vitrine parfaite pour ça. "Les Jeux, contrairement aux X Games ou au Dew Tour, qui sont suivis par un milieu d’initiés, les sponsors, la famille ou les amis, parlent au plus grand nombre. Là, on va représenter la France, la nation, ça fait peur presque".

Le seul qui lui manque

A 24 ans, Kevin Rolland n’a toutefois pas attendu Sotchi pour faire parler de lui. Ceux qui suivent les X-Games, le Dew Tour reconnaissent celui qui ne se sépare jamais de son bonnet, comme lors de la journée de présentation de l’équipe de France au CNOSF en octobre dernier. Champion du monde en 2009 et vice-champion du monde en 2011, le skieur de La Plagne est monté 8 fois sur le podium en 14 épreuves de Coupe du monde (trois victoires) et a remporté le globe de cristal de la spécialité en 2009. Un palmarès où il espère rajouter une ligne, celle l’or olympique. "Les JO sont importants si je veux faire grandir ma discipline, c’est le seul titre qui me manque, forcément ça me titille", conclut-il. Et dans le tube à Sotchi, il espère bien en devenir un.