Nikola Karabatic
Nikola Karabatic dans la défense suédoise | AFP - JAVIER SORIANO

Karabatic, une réaction de costaud

Publié le , modifié le

Auteur d'une perte de balle fatale contre l'Islande lors du précédent match, Nikola Karabatic était attendu contre la Suède, comme toute l'équipe de France. Et comme les Bleus, le N.13 a réagi de belle manière.

Allait-il sombrer comme lors du dernier Euro ? Allait-il se relever encore plus fort ? Ces questions concernaient aussi bien l'équipe de France que Nikola Karabatic à l'aube de ce dernier match de poule. Mais quand il va bien, c'est toute sa formation qui prend le bon chemin. Contre les Suédois, le Montpellierain avait une réponse à apporter. Encouragé par une forte colonie française. A lui, à son groupe, et surtout à ses adversaires. Et il l'a fait. Avec envie, gourmandise et confiance. Et il n'a pas perdu de temps pour entrer dans son match.

S'il est un peu en retard pour défendre sur le premier but suédois, il est dans le bon tempo pour permuter en attaque avec Daniel Narcisse qui égalise. Puis, il prend les choses en main: une remontée de balle en solitaire, de petits espaces s'ouvrent et il s'engouffre pour inscrire son premier but et donner le premier avantage aux Français (2-1). Puis, c'est en position de deuxième centre qu'il aggrave la marque (5-1) après près de quatre minutes de jeu. Pour une percussion avec Doder, il écope d'un carton jaune, preuve de son implication défensive. Avec Didier Dinart, il ne veut pas céder un pousse de terrain dans l'axe.

La réaction de Karabatic après la rencontre

 

Plongeur et passeur

A la 12e minute, il attaque la défense mais subit une faute, qui entraîne un jet de 7m non transformé. Touché à la cuisse dans ce contact, il ne semble pas gêné, et se jette au contraire au sol quelques secondes après pour récupérer le ballon et la donner au sol à Abalo, pour un nouveau but (6-4). Affamé, à la 17e minute, il se jette maladroitement en défense, mais le tir suédois n'est pas cadré, et sur le contre, il délivre une passe de but à Honrubia (10-5). Cette liaison fonctionne bien, alors le Montpelliérain l'utilise à la 20e minute pour un (12-7). Quatre minutes après, il est remplacé par Jérôme Fernandez, et finit la mi-temps sur le banc, se reposant.

En deuxième période, pour l'avoir "balancé", le capitaine nordique, Karlsson, subit la première expulsion du match pour deux minutes. Après ses trois buts en première période, Nikola Karabatic en ajoute un, mais les Bleus demeurent sous la menace après dix minutes de jeu (21-18). A 12'40, il contre un tir suédois, mais l'arbitre l'estime à l'intérieur de la zone, et siffle un penalty (22-19). Ce n'est pas grave, il se venge en venant encore perforer la défense pour finir à plat ventre, avec un but de plus à la clé (23-19). Et comme en première période, il est placé sur le banc, mais il en sort alors qu'il reste moins de trois minutes de jeu, et que la Suède est revenue à deux buts (28-26).

Comme l'équipe de France, Nikola Karabatic n'est pas encore au top. Mais il est toujours bien présent. Et en quarts de finale des Jeux Olympiques.