Judokate voilée: "pas un bon signe" pour Restoux

Publié le , modifié le

Marie-Claire Restoux, championne olympique de judo en 1996, a estimé mardi que la décision du Comité international olympique (CIO) d'autoriser une judokate saoudienne à combattre la tête couverte à Londres n'était "pas un bon signe à envoyer".

"On peut comprendre que pour une femme saoudienne, concourir dans une  compétition olympique, c'est une vraie avancée. En même temps, ça ouvre une  brèche qui à mon avis en terme de symbole n'est pas forcément un bon signe à  envoyer" a déclaré sur France Inter, l'ancienne judokate. Dans la matinée, le CIO a annoncé que la Saoudienne Wodjan Ali Seraj Abdulrahim  Shahrkhani serait autorisée à combattre la tête couverte.