JO : Un homme et une femme porte-drapeau, bilan carbone positif... Les Jeux font leur révolution

Publié le , modifié le

Auteur·e : Jules Boscherini
Thomas BACH
Le Président du Comité International Olympique, Thomas Bach, lors d'une réunion avec le CIO à Lausanne le 3 mars 2020. | FABRICE COFFRINI / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

À moins de cinq mois de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Tokyo, le président du CIO, Thomas Bach, vient d'annoncer des mesures de grande envergure pour les prochaines éditions des Jeux sur l'égalité et le respect de l'environnement. Les délégations pourront désormais présenter deux porte-drapeau, un homme et une femme, lors des cérémonies d'ouverture des JO. Le CIO a aussi présenté son plan écologique pour l'avenir : des Jeux au bilan carbone positif à partir de 2030.

C'est une révolution que le CIO s'apprête à mettre en place. Réunie depuis hier à Lausanne, sa commission exécutive a décidé de moderniser les Jeux Olympiques sur des thématiques sociétales comme l’égalité des sexes, ou la protection de l'environnement. Thomas Bach a ainsi pris position sur ces enjeux qui s'inscrivent dans le programme de réforme entrepris par l'homme fort du CIO en 2014.

La première concerne directement toutes les délégations des 206 CNO puisque celles si pourront désormais présenter deux porte-drapeau aux Jeux Olympiques, un homme et une femme pour défiler conjointement avec l'emblème de leur nation. Cette mesure vient bouleverser les codes des JO et tous les CNO sont encouragés à la mettre en application dès Tokyo cet été. Elle n'est toutefois pas obligatoire dans les nouveaux textes de l'instance olympique.

Les nations seront désormais tenues d’être représentées par au minimum un athlète homme et femme à toutes les éditions des Jeux, dès l'édition 2020 à Tokyo. "Les Jeux de Tokyo 2020 seront les premiers Jeux Olympiques de l'histoire où l'équilibre entre les sexes sera respecté, avec 48,8 % de femmes parmi les participants. Aujourd'hui, la commission exécutive du CIO a également décidé qu'il devrait y avoir – et ce pour la toute première fois – au moins une femme et un homme dans chacune des 206 délégations ainsi que dans l'équipe olympique des réfugiés participant aux Jeux de l'Olympiade."

Des Jeux Olympiques au bilan carbone positif

Autre grand sujet de société et enjeu majeur pour l'avenir, l'environnement fait aussi figure de priorité pour le CIO. À compter de 2030, chaque Comité d'Organisation des Jeux Olympiques (COJO) sera tenu d'aller au-delà de l'obligation actuelle qui consiste à réduire et compenser les émissions de carbone liées directement à ses opérations. Les prochains COJO auront pour tâche de "limiter autant que possible et compenser leurs émissions de carbone directes et indirectes, et mettre en place des solutions durables avec zéro émission de carbone pour les Jeux Olympiques et au-delà". Des exigences qui figureront dans l'engagement qui lie l'hôte des Jeux, le Comité National Olympique (CNO) correspondant et le CIO.

"Le changement climatique est un enjeu d'une ampleur sans précédent, qui exige une réponse sans précédent", a déclaré le président du CIO, Thomas Bach. "À long terme, nous voulons faire plus que réduire et compenser notre impact. Nous voulons nous assurer qu'au sein du mouvement sportif, nous sommes à l'avant-garde de l'action menée au niveau mondial pour lutter contre le changement climatique et laisser un héritage tangible et positif à la planète. Planter une forêt olympique est l'un des moyens qui nous permettra d'atteindre cet objectif."

Si l'organisation est désireuse d'afficher un bilan carbone positif, le CIO a décidé, en collaboration avec le Programme des Nations Unis pour l'Environnement (PNUE), de participer à la création d'un grand projet sur le continent africain. Baptisé "Grande Muraille verte", cette initiative s'inscrit dans la lutte contre les effets de la désertification. Cette contribution se traduira par des mesures de reforestations à partir de 2021. En aidant les populations à atténuer les effets du changement climatique et à s'y adapter, le CIO apportera ainsi son soutien aux communautés de la région du Sahel qui s'emploient à utiliser durablement les forêts, les pâturages et les autres ressources naturelles. C'est grâce à cette "forêt olympique" que le CIO permet de devenir une organisation au bilan carbone positif.

Jules Boscherini @julesboscherini