Des échantillons examinés dopage prétexte
Des échantillons examinés | AFP

JO de Pyeongchang - L'ombre d'un doute sur les nouveaux flacons pour les contrôles antidopage ?

Publié le , modifié le

L'Agence mondiale antidopage (AMA) a annoncé qu'elle avait lancé une enquête pour déterminer si les flacons de nouvelle génération utilisés pour les contrôles antidopage après le scandale des JO-2014 de Sotchi étaient bien infalsifiables. L'AMA a expliqué dans un communiqué qu'elle avait été alertée le 19 janvier par les responsables du laboratoire de Cologne qui ont découvert que "les flacons pouvaient être ouverts manuellement après congélation". Quatre ans après le scandale de dopage organisé aux JO de Sotchi, un nouveau risque de scandale pourrait coûter cher au mouvement olympique.

Quatre ans après les Jeux Olympiques de Sotchi, les comptes ne sont pas soldés. Après la commission d'enquête MacLaren, après la commission Oswald, le dopage organisé en Russie lors des précédents JO de 2014 n'en finit plus de faire parler de lui. La semaine dernière, plusieurs athlètes russes étaient devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) pour défendre leur cause après avoir été suspendu à vie. Et à 12 jours de l'ouverture des prochains Jeux, à Pyeongchang, des doutes pèsent sur les flacons utilisés dans le cadre des contrôles antidopage. Alors même qu'ils étaient une réponse aux pratiques découvertes à l'issue de Sotchi. De quoi faire frémir les plus hautes instances.

"Des inquiétudes et des questions" si les faits étaient avérés

"L'enquête porte sur la nouvelle génération de flacons de sécurité dit 'BEREG-Kit Geneva' et recommandera des mesures adéquates, si besoin, pour maintenir l'intégrité du processus du contrôle antidopage", a précisé l'instance mondiale de lutte contre le dopage basée à Montréal. L'AMA a aussitôt contacté le fabricant de ces flacons, le groupe suisse Berlinger, qui lui a indiqué le 27 janvier "avoir réalisé des tests qui n'ont pas permis de répliquer le problème mis en avant". "L'AMA reconnaît que si cette situation devait être confirmée, elle soulèvera des inquiétudes et des questions, mais nous voulons assurer les sportifs et les autres parties prenantes que l'AMA est déterminée à explorer cette question à fond avec Berlinger", a-t-elle indiqué. Mais l'Agence  n'a pas voulu confirmer si ses flacons seraient utilisés à Pyeongchang. 

Les flacons qui servent à entreposer les échantillons prélevés sur les sportifs jusqu'à leur analyse, ont été conçus en 2017 en réponse aux révélations du rapport McLaren sur le dopage d'Etat en Russie. L'avocat canadien Richard McLaren avait mis en évidence que durant les JO-2014 de Sotchi, les autorités russes avaient mis au point un dispositif pour desceller des flacons sans laisser de traces. Cela leur permettait de substituer aux échantillons prélévés sur des sportifs russes dopés des échantillons "propres".