Matteo Renzi
Matteo Renzi, le chef du gouvernement Italien | CITIZENSIDE / SILVIA LORE / CITIZENSIDE

JO 2024 - Renzi trouverait "très triste" que Rome renonce

Publié le , modifié le

Matteo Renzi a fait part de sa volonté de voir Rome rester dans la course à l'obtention des Jeux Olympiques de 2024.

Le chef du gouvernement italien Matteo Renzi a indiqué jeudi qu'il serait "très triste" que Rome renonce à être candidate à l'organisation des Jeux Olympiques 2024, ajoutant que, si c'était le cas, une autre ville italienne serait candidate pour 2028. "Dire non aux Jeux Olympiques serait quelque chose de très triste. Pour la ville, c'est une opportunité magnifique, mais c'est le Mouvement cinq étoiles qui décide", a-t-il déclaré à la radio RTL.

Les Jeux, pas une priorité pour la maire de Rome

La nouvelle maire de Rome Virginia Raggi, figure montante du Mouvement cinq étoiles (M5S), ambitieuse formation populiste et antipartis, a répété durant toute la campagne que les JO ne pouvaient pas être une priorité pour la capitale italienne. Elle a repoussé à "après l'été" toute décision quant au maintien de la candidature de Rome mais ses prises de position publiques sur le sujet restent très fraîches. "Sur les 13 milliards de dettes de la ville, un milliard est lié aux Jeux de 1960. Et nous n'avons fini de payer que l'année dernière la facture du Mondial 1990. Faites les comptes", a-t-elle ainsi déclaré dimanche dernier.

Pour Matteo Renzi, "il faut dire oui ou non". "Si Raggi ne signe pas la lettre, Rome est hors course", a-t-il déclaré, alors que le Comité International Olympique attend le 7 octobre la deuxième partie du dossier des quatre villes candidates (Los Angeles, Paris, Budapest et Rome). "Et si Rome est hors course, ce serait une erreur, parce que j'ai l'impression que Rome est en tête face aux autres villes", a-t-il estimé. Si Virginia Raggi devait "prendre une décision négative, nous en prendrions acte et cela signifiera que nous présenterons une autre ville en 2028", a conclu M. Renzi.

AFP