100 ans après les Jeux de 1924, Paris redevient ville olympique
100 ans après les Jeux de 1924, Paris redevient ville olympique | LIONEL BONAVENTURE / AFP

JO 2024 - Pour Paris, c'est enfin le jour J

Publié le , modifié le

Sauf énorme surprise, Paris sera officiellement désignée ville hôte des Jeux Olympiques de 2024 ce mercredi soir à Lima lors de la 131e session du CIO. La fin d’un long marathon qui aura duré près de trois ans. Une cérémonie à suivre dès 19h en direct et en intégralité sur francetvsport.

Suivez la cérémonie d'attribution des Jeux Olympiques 2024 et 208 en direct et en intégralité

C’était il y a douze ans. Jacques Rogge, alors président du Comité International Olympique (CIO), décachette l’enveloppe avant de prononcer le fameux "London", désignant la capitale anglaise comme futur hôte des Jeux Olympiques de 2012. Si le clan britannique saute de joie, la déception est rude pour la délégation française, qui se voit souffler l’organisation de la plus grande compétition sportive au monde pour seulement quatre petites voix (54 contre 50). Cet échec, associé à ceux de 1986 pour les JO de 1992 et de 2001 pour l’Olympiade de 2008, ne sera plus qu’un lointain souvenir d’ici quelques heures.

Il sera aux environs de 20h ce soir lorsque les membres du CIO, sauf retournement de situation improbable, entérineront le choix de faire à nouveau de Paris une ville olympique en lui attribuant l'organisation des Jeux Olympiques de 2024. "La France mérite ce moment", s'est félicité d'avance mardi Tony Estanguet, le co-président de la candidature parisienne qui dit avoir déjà "hâte d'être au 2 août 2024 pour la cérémonie d'ouverture".

Les Jeux sont donc quasi faits. Après un siècle d’attente et les Jeux de 1924, Paris se prépare à redevenir olympique. Le succès d’une candidature préparée depuis trois ans et lancée officiellement en juin 2015, où la France aura retenu les leçons de ses précédents échecs. Entre budget mesuré (6,6 milliards d’euros estimés) grâce aux infrastructures existantes et un projet calibré sur les besoins du bassin parisien en termes de structures et d’équipements d’intérêt général, la candidature française a pris en compte la vision du CIO tout en profitant également d’un enchaînement de circonstances favorables.

Une à une, les villes candidates ont jeté l’éponge. Boston, Hambourg, Rome et enfin Budapest ont fini par laisser tomber, laissant Los Angeles et Paris seuls en course avant que ne soit évoqué puis voté le système de double attribution qui fera de Los Angeles la ville hôte des Jeux Olympiques de 2028. La ville californienne a ainsi accepté de différer son projet élaboré pour 2024, au terme d'un accord tripartite trouvé entre les délégations française et américaine ainsi qu’avec le CIO. Présenté comme un geste chevaleresque, le renoncement de Los Angeles à briguer 2024 pour accepter 2028 n'est en réalité, selon les observateurs, qu'un acte de résignation. "Il n'y avait aucun élément objectif, aucun argument rationnel pour donner les Jeux 2024 à LA. Paris était favori", avance Etienne Thobois, directeur général de la candidature. Un avis majoritairement répandu au sein du CIO.

Dernière ligne​ droite

Si cette session, qualifiée "d’historique" par le président du CIO Thomas Bach, est dépourvue de suspense, le travail aura été fait jusqu’au bout. La délégation française aura ainsi multiplié les opérations de communication ces dernières heures auprès de la population péruvienne avant une ultime présentation prévue à 16h heure française. Huit intervenants prendront la parole, dont Tony Estanguet, co-président du comité de candidature et Anne Hidalgo maire de Paris. Emmanuel Macron, qui n'a pas fait le déplacement à Lima, prendra la parole dans un message vidéo enregistré de deux minutes et trente secondes.

Les quelque 90 membres du CIO présents éliront ensuite par un unique vote à main levée les deux villes hôtes. La question qui leur sera posée sera en substance la suivante: "Approuvez-vous l'accord tripartite conclu entre le CIO, Paris et Los Angeles ?" Il n'y aura donc pas de vote électronique secret comme c'est traditionnellement le cas lors des élections des villes hôtes, et pas non plus de cérémonie d'ouverture de l'enveloppe avec le nom de la ville lauréate. Après un siècle d'attente, Paris et la France auront alors le droit de célébrer et faire la fête, avant que les choses sérieuses ne commencent réellement.

VIDÉO. Opération séduction pour la délégation Paris ​2024 à Lima

Mathieu Aellen