Renzi-Malago
Giovanni Malago (à gauche), président du Comité Olympique Italien, et le premier ministre Matteo Renzi | ANDREAS SOLARO / AFP

JO 2024 : Le comité olympique italien enterre définitivement la candidature de Rome

Publié le , modifié le

Le président du Comité Olympique Italien (Coni) Giovanni Malago a mis un terme définitif mardi à la candidature de Rome aux Jeux Olympiques 2024, après le refus de la nouvelle maire de la ville de soutenir le projet.

Clap de fin pour Rome. Ville candidate à l'organisation des Jeux Olympiques 2024, la capitale Italienne n'accueillera pas la 33e Olympiade de l'ère moderne. Lors d'une conférence de presse organisée à Rome ce mardi, le président du Comité Olympique Italien Giovanni Malago a expliqué avoir "écrit aujourd'hui au Comité International Olympique pour interrompre le parcours de Rome 2024". Cette annonce officielle n'est pas une surprise, dans la mesure où la maire de Rome Virginia Raggi, élue au mois de juin, avait retiré fin septembre le soutien de la municipalité au projet, estimant qu'il était "irresponsable de dire oui à cette candidature" et d'accepter les "Jeux du béton".

"Une grande déception" pour Malago

Le 29 septembre, le conseil municipal de Rome, dominé par le Mouvement cinq étoiles (populiste) dont est issue Mme Raggi, avait ensuite voté un texte dans ce sens. La maire a également envoyé au CIO un courrier annonçant que la ville ne soutenait plus la candidature. "Il s'agit d'un renoncement très grave et d'une grande déception", a estimé M. Malago mardi. 

"J'ai toujours dit que ce projet était comme une table qui avait besoin de trois pieds (comité olympique, gouvernement et municipalité, ndlr) pour la soutenir. L'un de ces pieds a fini par manquer, pour des raisons idéologiques et démagogiques", a-t-il ajouté. "Je suis contraint d'interrompre ce processus à onze mois de sa conclusion et après trois ans de travail. C'est dommage car notre projet était un projet gagnant", a-t-il poursuivi.

Pas une première​

En 2011, le Coni avait déjà renoncé à une précédente candidature pour les JO 2020, le chef du gouvernement de l'époque, Mario Monti, ayant estimé que le pays, alors en pleine crise budgétaire, n'en avait pas les moyens. Le CIO doit annoncer en septembre 2017 la ville hôte des JO 2024. Paris et Los Angeles font figure de favorites, Budapest étant l'outsider.

AFP