AirBnb, partenaire des JO 2024.

JO 2024 : après le partenariat avec AirBnb, les hôteliers français suspendent leur participation

Publié le , modifié le

La nouvelle du partenariat entre les Jeux Olympiques 2024 et la plateforme communautaire payante de location AirBnb en début de semaine a fait grand bruit. Et n'a pas fait que des heureux, surtout. Ce mercredi, les hôteliers français ont publiquement annoncé la suspension de leur participation à l'organisation des JO de Paris. Une riposte qui pourrait faire des dégâts.

Les hôteliers français réunis en congrès ont annoncé mercredi "suspendre leur participation" à l'organisation des Jeux Olympiques 2024 pour protester contre le partenariat noué par le Comité international olympique (CIO) avec la plateforme Airbnb.

"Les hôteliers vont suspendre leur participation à l'organisation des JO 2024", a déclaré Laurent Duc, président de la branche hôtellerie de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih) en marge du 67e Congrès de l'organisation qui réunit 600 professionnels et se tient jusqu'à jeudi à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) et dont les membres avaient auparavant dénoncé un partenariat "totalement irrespectueux envers les professionnels de l'hôtellerie". "La plateforme rechigne à transmettre la taxe de séjour avec des adresses claires et des contribuables identifiés comme la loi l'y oblige, à compter du 1er janvier".

à voir aussi JO 2024 : Anne Hidalgo interpelle le CIO autour du nouveau sponsor des Jeux JO 2024 : Anne Hidalgo interpelle le CIO autour du nouveau sponsor des Jeux

Airbnb avait estimé plus tôt mercredi que "cet accord historique vise à permettre aux villes hôtes d'accueillir les Jeux de manière plus locale, authentique et durable". Rappelant avoir déjà soutenu les Jeux olympiques de Rio 2016 et les Jeux olympiques d'hiver de PyeongChang 2018 en tant que sponsor national, la plateforme affirme que ses "valeurs sont en phase avec celles du mouvement olympique".

Ce contrat qui court jusqu'en 2028, évalué par des médias spécialisés à environ 500 millions de dollars (450 millions d'euros), permettra à la plateforme d'afficher sa marque aux abords des sites de compétition à Paris.

AFP