Chloe Kim

JO-2018/Snowboard: Chloe Kim, 17 ans, championne et déjà star !

Publié le , modifié le

Elle était la grande star annoncée du snowboard féminin aux JO de PyeongChang et elle a répondu aux attentes: l'Américaine Chloe Kim, 17 ans, est devenue championne olympique mardi avec une facilité insolente dans le half-pipe et une invraisemblable décontraction en dehors.

Dans une finale où quatre Américaines étaient présentes, elle a laissé la concurrence à bonne distance, avec Liu Jiayu deuxième à près de dix points (89.75) et Arielle Gold troisième avec 85.75 points.

Il y a eu deux moments forts dans la journée de Chloe Kim. D'abord ce troisième "run" aérien et magnifique, débuté alors qu'elle se savait déjà championne olympique et récompensé de la note de 98.25, tout près du 100 qui signe la perfection.

 "Au troisième run, je savais que je ramenais l'or. Ce qui est un sentiment incroyable, d'ailleurs. Mais je savais que je pouvais faire mieux. Alors ce troisième run était juste pour moi, pour montrer que je pouvais le faire"

La conférence de presse de la jeune américiane a été l'autre grand moment du jour.  Incroyablement détendue, multipliant selfies, clins d'oeil et câlins à sa compatriote Arielle Gold, médaillée de bronze, répondant directement à une question posée en Coréen ou s'adressant à sa mère installée au fond de la salle à propos de la fête à venir, elle a affiché une aisance absolue lors d'un échange où il a été question de Lady Gaga, de Twitter, de hamburgers, de Genève, de shopping avec sa grand-mère coréenne et, un peu, de snowboard.

JO-2018/Snowboard: Chloe Kim, 17 ans, championne et déjà star !
© LOIC VENANCE / AFP

La jeune Américaine attire la lumière et le contraste était brutal avec sa dauphine, la Chinoise Liu Jiayu, à qui une seule question a été posée en une demi-heure, à propos d'une ancienne blessure. Peut-être à cause de cette attention médiatique, décuplée à PyeongChang par ses origines sud-coréennes, Kim a pourtant assuré qu'elle avait ressenti de la tension. Mais elle l'a bien cachée. 

"Il y a de la pression autour des Jeux. Ça n'est que tous les quatre ans et j'en rêvais depuis que je suis petite fille. Mais la pression, je me la mets surtout moi-même, pour faire le meilleur run possible."

Dans  son domaine, Kim n'a pas de rivale. Il y a quatre ans déjà, elle aurait eu sa place aux Jeux de Sotchi, mais elle était trop jeune (13 ans) pour participer. Depuis, elle domine sa discipline, comme le montrent ses quatre victoires -- dont trois consécutives, la première à 14 ans! -- dans les Winter X Games, la compétition de référence des sports extrêmes d'hiver.

AFP