Jean-Frédéric Chapuis et François Place, au second plan, éliminés en quart de finale
Jean-Frédéric Chapuis et François Place, au second plan, éliminés en quart de finale | Martin BUREAU / AFP

JO 2018 - Sur la piste comme en tribunes, le ski cross français fait grise mine

Publié le , modifié le

Jean-Frédéric Chapuis, François Place et les autres Français qui ne sont pas parvenus à décrocher une médaille sur le ski cross ont avoué leur déception après l’épreuve. En tribunes, les Français, moins bruyants qu’à l’accoutumée, ne s’attendaient pas à ça.

Encore un triplé !". Quentin, venu avec son ami Victor voir “une quinzaine d’épreuves” aux Jeux Olympiques de PyeongChang, croit que les Français peuvent réaliser le même coup qu’en 2014 sur le ski cross, à savoir trois médailles pour Jean-Frédéric Chapuis, Arnaud Bovolenta et Jonathan Midol. Couvre-chef en forme de crête de coq sur le crâne, drapeau français sur les genoux prêt à être agité, les deux compères sont allés de désillusion en désillusion ce mercredi matin au Phoenix Snow Park qui accueille depuis quasiment deux semaines maintenant les épreuves de freestyle des JO 2018.

La chute de Tchiknavorian calme les Français

Difficile de dire si un trop plein de confiance est en cause mais dans les tribunes, et contrairement aux derniers jours, le clan français était bien discret. Tout l’inverse des Suisses, les plus nombreux, et des Canadiens, qui allaient repartir avec l’or grâce à Brady Leman quelques heures plus tard. Il faut dire que la lourde chute de Terence Tchiknavorian dès les huitièmes de finale - le Français a été évacué dans une coquille - a bien refroidi les Tricolores.

Trois Français en quarts de finale, les drapeaux bleu-blanc-rouge s’agitaient encore. Ils allaient être en berne quand le Champion olympique en titre mais aussi triple vainqueur de la Coupe du monde, Jean-Frédéric Chapuis était éliminé à ce stade de la compétition en compagnie de François Place. “J’ai pris un super départ, j’étais à la lutte avec le Canadien et puis j’ai vu le Russe revenir de derrière avec l’aspiration”, a expliqué Chapuis visiblement déçu en zone mixte. Son compatriote est de suite venu à son secours, “Il peut y avoir un peu d’aléatoire dans notre sport, il faut toujours être placé au bon endroit. Ça se joue vraiment à pas grand-chose.” En tribunes, Quentin et Victor accusent le coup mais croit en “Bovolenta qui glisse très bien depuis ce matin”.

Le Canada est déjà à vingt médailles

Hélas, le médaillé d’argent de Sotchi allait lui aussi rentrer dans le rang en demi-finale laissant les Suisses et les Canadiens faire la fête. Des trois nations phares du ski cross mondial, la France est la seule à ne pas avoir placé un de ses représentants en finale. Trop déçus, Quentin et Victor partent avant la finale. Ils tenteront d’assister à une nouvelle médaille française dans les prochains jours. “Il nous reste, entre autres, les deux relais féminins et masculins en biathlon, on y croit !”, assure le second. Derrière lui, le drapeau canadien et sa feuille d’érable reconnaissable entre mille est levé bien haut. Le Canada vient de remporter sa 20e médaille à PyeongChang. Vingt c’était aussi l’objectif de la délégation française. Difficile d’espérer aujourd’hui que les Bleus puissent atteindre cette barre symbolique.

De notre envoyé spécial à PyeongChang

Christophe Gaudot @ChrisGaudot