Martin Fourcade
Le triomphe de Martin Fourcade | FRANCK FIFE / AFP

JO 2018 - Martin Fourcade conserve sa médaille d'or en poursuite et égale Killy avec 3 titres olympiques

Publié le , modifié le

Tenant du titre, Martin Fourcade a conservé sa couronne olympique sur la poursuite (12.5km) du biathlon, lors des Jeux Olympiques de PyeongChang. Au lendemain de sa déception sur le sprint (8e), le Français, meilleur biathlète du monde ces dernières saisons, a relevé la tête de très belle manière. Il devance le Suédois Samuelsson de 12 secondes, et l'Allemand Doll de 15.1 secondes. Il remporte ainsi sa 3e médaille d'or olympique, soit autant que Jean-Claude Killy, sa 5e médaille aux JO. C'est également la 3e médaille pour l'équipe de France, la 2e en or, la 2e sur l'épreuve de poursuite après le bronze d'Anaïs Bescond.

Le sacre de Martin Fourcade

Il est parti comme une balle. Frustré et déçu par sa 8e place en sprint hier, Martin Fourcade s'est élancé en 8e position, à près de 28 secondes du premier à partir, l'Allemand Peiffer, vainqueur de la course la veille. Au ski, il est revenu sur le peloton qui le devançait. Un regroupement idéal pour ménager ses forces et revenir sur les premiers.  Encore faut-il ne pas se rater au tir, comme il l'avait fait la veille en ratant 3 cibles lors de son premier passage au coucher. Passé à côté du sprint à cause de son tir, il a raflé la mise grâce à sa carabine sur cette poursuite.

Une seule faute au tir

Cette fois, une petite erreur sur le premier passage sur le pas de tir. Rien d'irrémédiable. Et en faisant un sans-faute sur les deux exercices suivants à la carabine, Martin Fourcade comblait son retard sur le duo allemand Schempp et Peiffer. A peine repris, il les lâchait pour se lancer dans un numéro en individuel. Car derrière, son rival, Tarjei Boe, voulait également effacer sa contre-performance de la veille (13e). Le Norvégien était parti avec 12 secondes de retard sur le Français, mais il a vu l'écart se creuser irrémédiablement. A l'arrivée, il comptait plus d'une minute de retard sur le vainqueur. Loin du podium, occupé par le suédois Samuelsson, 19 ans, qui n'avait jamais fait mieux que 13e en Coupe du monde, et l'Allemand Doll.

 

Martin Fourcade: Je me suis transcendé"

Killy égalé, en attendant mieux

Après un nouveau sans-faute au tir, lors de l'ultime session, Martin Fourcade avait brandi son poing à l'adresse de son staff, conscient que la médaille d'or lui était promise. Pour la troisième fois de sa carrière, il monte sur la plus haute marche du podium aux JO. Il égale ainsi Jean-Claude Killy, qui en avait gagnées 3 lors des JO de 1968. Il y a 50 ans. Une autre légende du sport français. Ou Tony Estanguet (canoë-kayak), Marie-José Pérec (athlétisme), Félicia Ballanger, Florian Rousseau, Paul Masson et Daniel Morellon (piste) si on ajoute les JO d'été. Mais encore derrière Christian d'Oriola et Lucien Gaudin, quatre fois champions olympiques.

Huit ans après sa première médaille olympique à Vancouver, en argent sur la mass-start, il a encore quatre épreuves au programme. Et encore un titre à défendre, en individuel, et de l'argent en mass-start, gagné à Vancouver et à Sotchi. Bref, il a encore du pain sur la planche et de l'ambition à revendre. La 12e place de Simon Desthieux, à 1 minute, peut offrir bien des possibilités en relais.

Martin Fourcade sur la plus haute marche du podium

Retrouvez le sujet d'Arnaud Matteoli sur la préparation de Martin Fourcade