JO 2018 : Le comité d'organisation s'excuse pour le "smartphonegate"

JO 2018 : Le comité d'organisation s'excuse pour le "smartphonegate"

Publié le , modifié le

Le président du Comité d'organisation des JO de Pyeongchang (POCOG) a envoyé samedi une lettre d'excuses au responsable du comité olympique iranien afin de mettre un terme à l'affaire des smartphones, qui a failli ces derniers jours tourner à l'incident diplomatique.

"Une lettre a été envoyée aujourd'hui par le président du POCOG M. Lee Hee-beom au Chef de mission du comité national olympique iranien afin de présenter des excuses pour le malentendu lié à la distribution de téléphones portables aux athlètes iraniens", a expliqué le comité d'organisation dans un communiqué. "Le Comité international olympique a confirmé que les athlètes iraniens étaient autorisés à recevoir et conserver les téléphones", a jouté le POCOG. Ce "smartphonegate" avait débuté mercredi quand le CIO avait annoncé offrir des téléphones ultra modernes du constructeur et sponsor sud-coréen Samsung à tous les athlètes engagés. Sauf que deux délégations étaient mises à l'écart: ces smartphones, qui coûtent 750 euros, peuvent en effet tomber sous le coup des sanctions internationales relatives aux produits de luxe, qu'il est interdit de fournir à l'Iran et à la Corée du Nord.

Les athlètes iraniens avaient protesté contre cette décision et les autorités de leur pays avaient pris le relais, évoquant, selon l'agence officielle Irna, "des répercussions fortes sur les relations commerciales entre le groupe Samsung et la République islamique d'Iran" en l'absence d'excuses de la part de Samsung. Un responsable du géant coréen de l'électronique avait ensuite contacté l'ambassadeur iranien en Corée du Sud pour s'excuser, mais malgré ce geste, les athlètes de la République islamique ont refusé vendredi d'aller chercher les smartphones olympiques. Dans son communiqué de samedi, le POCOG assure que Samsung "n'a pas été impliqué dans le processus de prise de décision lié à la distribution des smartphones".

AFP