JO 2018 - Biathlon: un duel Fourcade-Boe

JO 2018 - Biathlon: un duel Fourcade-Boe

Publié le , modifié le

L'affrontement entre le Français Martin Fourcade, roi incontesté de la discipline depuis six ans, et le Norvégien Johannes Boe, devenu cette saison son challengeur le plus coriace, va rythmer les épreuves de biathlon des jeux Olympiques de Pyeongchang qui débutent dimanche chez les hommes avec le sprint.

Le défi est immense pour Fourcade, double champion olympique à Sotchi en 2014 et qui a l'opportunité de devenir le sportif français le plus titré aux Jeux d'hiver, un record pour le moment détenu par Jean-Claude Killy depuis 1968 (trois médailles d'or). Star dans son pays, le biathlète de 29 ans, promu porte-drapeau de la délégation tricolore, est sans conteste le représentant français le plus attendu en Corée du Sud.  

Toute la préparation de Martin Fourcade a donc été axée cette saison sur ce rendez-vous majeur, susceptible de le faire entrer dans l'Histoire.  "L'objectif premier, ce sont les Jeux. S'il y a des choix à faire, des ajustements, ce sera en fonction des Jeux, pas du classement général de la Coupe du monde", déclarait fin novembre à l'AFP le sextuple tenant du Gros Globe de cristal.

Fourcade n'a rien laissé au hasard en prévision des JO. Mais il a trouvé en Johannes Boe un adversaire plus que coriace, le jeune Norvégien (24 ans) ayant raflé huit courses sur les 15 disputées en Coupe du monde cette saison. Avec six succès et surtout 15 podiums en autant de sorties, le Français a toutefois affiché une régularité impressionnante, qui peut lui permettre de rêver plus grand.
  

Conditions extrêmes 
    

Son duel avec Boe devrait en tout cas se poursuivre en Corée du Sud et sera à n'en pas douter le fil rouge des épreuves de biathlon.  "C'est une vraie chance pour le biathlon et une obligation pour moi d'être performant à chaque fois parce que je sais que je dois être à mon meilleur niveau pour le battre, a expliqué Fourcade jeudi. Cette affiche-là fait rêver, moi y compris, et me motive." Mais les conditions météorologiques extrêmes (froid glacial, vent) pourraient rebattre les cartes et accoucher d'un sprint aux allures de loterie en fonction des caprices d'Eole sur le pas de tir. "La porte sera ouverte pour beaucoup plus d'athlètes que Johannes et moi", prévient ainsi Fourcade, qui pense sans doute au reste de la colonie norvégienne (Emil Svendsen, Tarjei Boe) ou aux Allemands Simon Schempp et Arnd Peiffer. 

Anton Shipulin, dauphin du Français la saison dernière, fait lui partie des 47 Russes auxquels le Comité international olympique n'a pas adressé d'invitation sur la base de soupçons de dopage pesant sur leur pays et dont l'appel a été rejeté vendredi par le Tribunal Arbitral du Sport (TAS).
 

Malgré la météo, Fourcade reste pourtant un habitué des exploits et des records (14 victoires sur une saison en 2016-2017, 6 Coupes du monde d'affilée, 21 petits Globes de cristal) et s'il reste sur ses standards habituels lors des 6 épreuves au programme à Pyeongchang, il pourrait même devenir le Français le plus médaillé de l'Histoire des Jeux, été et hiver confondus. Il lui reste quatre breloques à conquérir pour égaler les escrimeurs Philippe Cattiau et Roger Ducret dont les performances remontent au tout début du XXe siècle. Rien n'est impossible avec Martin Fourcade.
 

AFP