Alexis Pinturault heureux JO 2018
La joie du skieur tricolore, Alexis Pinturault, médaillé de bronze pour la deuxième fois de suite sur le slalom géant olympique. | Dimitar DILKOFF / AFP

JO 2018 : Alexis Pinturault, patron d'une géante équipe de France

Publié le , modifié le

Alexis Pinturault, déjà en bronze à Sotchi, s'est paré du même métal à PyeongChang, dans sa discipline fétiche, le slalom géant. Mais derrière cette 8e breloque tricolore, il ne faut pas minimiser l'énorme performance des trois autres skieurs français à savoir Thomas Fanara, Victor Muffat-Jeadet et enfin Mathieu Faivre, tous trois dans le top 7. Si Pinturault demeure le patron, le géant Bleu récolte les fruits de tout un travail collectif.

Mission accomplie. La tradition se perpétue : ce dimanche à PyeongChang, et face à des tribunes enfin garnies, l'équipe de France de ski alpin n'a jamais déçu. Depuis bien des années, le géant français brille à pleine lumière. En 2006 à Turin, Joël Chenal, médaillé d'argent dans la spécialité, avait sans doute allumé une mèche qui ne s'est jamais éteinte jusqu'ici. Il y a quatre ans, à Sotchi, Steve Missilier (2e) et déjà Alexis Pinturault (3e) avaient assuré la relève. Ce dernier a aujourd'hui pris ses responsabilités, en tant que chef de fil des Bleus, en allant chercher une magnifique médaille de bronze, sa troisième breloque aux Jeux Olympiques, et derrière les deux monstres que sont Henrik Kristoffersen (2e, NOR) et Marcel Hirscher (1er, AUT), légende vivante.

"La meilleure équipe du monde en géant !"

Cette fois-ci, la foule était au rendez-vous. Nous faisant même oublier ces jours précédents, rendus moroses par une affluence indigne du spectacle offert ici sur les courbes du massif de YongPyong. Non, amateurs, passionnés et mêmes experts du ski ont répondu présents par milliers pour donner de la voix face à ces champions, face à ces géants. Parmi eux, les Français sont les plus forts comme le souligne Fabrice, supporter des Bleus et moniteur de la très réputée Ecole de Ski Française : "On n'a rien sans rien. Si Alexis est aussi fort aujourd'hui, c'est aussi parce que derrière, le groupe France est très performant. Quand on voit qu'ils sont quatre dans le top 7, ça en dit long. A l'entraînement, chacun se tire vers le haut et cela se ressent automatiquement dans les résultats. Ce qui est sûr, c'est qu'ils représentent la meilleure équipe du monde en géant !" Aujourd'hui, en tout cas, Pinturault, Fanara, Muffat-Jeandet et Faivre ont écrasé toute concurrence en terme de performance collective.

La réaction d'Alexis Pinturault, en bronze sur le slalom géant

"Le géant, notre ADN en France"

Pour notre consultant et vainqueur de la Coupe du monde en 1997, Luc Alphand, ça va encore plus loin : "Cela dépend des générations [...] Mais le géant, c'est notre ADN en France. Il y a en permanence un renouvellement et ce groupe existe vraiment avec une école française de géant très appliquée. Ce n'est pas nouveau puisqu'il existe et performe depuis plusieurs saisons, donc il n'y pas de hasard." C'est certain. Puisque même si Tessa Worley constitue un échec pour l'équipe de France de géant, cette dernière est double championne du monde de la discipline. Autrement dit, même chez les femmes, cela se vérifie. Désormais, il s'agit de varier les plaisirs comme nous l'a confié Fabrice : "Cette équipe de France mériterait aussi une médaille en slalom avec le vétéran Jean-Baptiste Grange (33 ans, ndlr), ou le jeune Clément Noël (20 ans, ndlr). Et surtout Alexis Pinturault qui reste notre meilleur skieur tricolore aujourd'hui."

"L'Animal" de Courchevel réalise jusqu'ici des Jeux Olympiques presque parfaits. En argent en combiné, en bronze aujourd'hui sur le géant, il lui reste le slalom et le Team Event pour s'affirmer définitivement comme le plus géant de cette belle équipe de France. 

De notre envoyé spécial à PyeongChang.

Quentin Ramelet @Quentin_Ramelet