La délégation russe lors de la cérémonie d'ouverture des JO 2012
délégation russe lors de la cérémonie d'ouverture des JO 2012 | AFP - SAEED KHAN

JO 2016 : Le TAS rejette l'appel des 68 athlètes russes et les prive des Jeux Olympiques de Rio

Publié le , modifié le

Le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) a rendu sa décision dans l'affaire qui opposait 68 athlètes russes à la Fédération Internationale d'Athlétisme (IAAF). Le TAS a donné raison à l'IAAF, qui avait décidé de suspendre les athlètes - les privant ainsi des Jeux Olympiques de Rio - en rejetant l'appel déposé par ces derniers. Cette décision pourrait être lourde de conséquences dans l'autre dossier brûlant qui concerne le sport russe, la publication du rapport McLaren qui a mis à jour le système de dopage. Le CIO doit se décider sur ce sujet la semaine prochaine, mais cette décision du TAS est un mauvais signal envoyé à la Russie.

La décision du TAS était attendue. Car elle pourrait avoir des répercussions sans précédent dans l'olympisme. En rejetant l'appel des 68 athlètes russes suspendus au mois de novembre par l'IAAF, le Tribunal Arbitral les a privés des JO de Rio. "Le jury du TAS a confirmé la validité de la décision de l'IAAF selon laquelle des athlètes dont la fédération nationale est suspendue sont inéligibles pour les compétitions tenues sous l'égide de l'IAAF", a déclaré le TAS pour motiver sa décision. Une décision saluée par Sebastian Coe, président de l'IAAF, qui a tenu à remercier le TAS de son "soutien" face au dopage. Mais une décision évidemment regrettée "profondément" par Moscou. Vitali Moutko, le ministre des sports russes, lui, a même dénoncé une décision "politique" et "sans fondement juridique".

Isinbayea privée des Jeux

Concrètement, qu'est-ce que cela change? Les 68 athlètes russes, parmi lesquels la perchiste, Elena Isinbaeva, double championne olympique à Pékin et Londres, ou le champion du monde du 110m haies, Sergueï Choubenkov, ne seront pas à Rio. On en est désormais certains. La liste des athlètes publiées par la Russie ce mercredi est donc caduque.

A photo posted by Yelena (@isinbaevayelena) on Jul 19, 2016 at 4:39am PDT

Le TAS a toutefois laissé la possibilité au Comité Olympique Russe (ROC) de sélectionner "comme représentants de la fédération de Russie aux Jeux olympiques de Rio les athlètes russes qui remplissent les critères et sont éligibles pour concourir selon (le règlement) de l'IAAF". Or, à ce jour, seules deux athlètes russes, la sauteuse en longueur Darya Klishina et Ioulia Stepanova (800m) ont été repêchées par l'IAAF. Les trois arbitres du TAS ont également estimé n'être pas compétents pour déterminer si les athlètes russes sélectionnées doivent être inscrits "comme représentants de la Fédération de Russie ou comme athlètes neutres".

Lire aussi : le CIO décide de ne rien décider

Le CIO va-t-il enfoncer le clou?

Mais cette décision du TAS pourrait avoir une onde de choc encore plus grande avec la publication du rapport McLaren lundi dernier. L'enquête indépendante dirigée par le juriste canadien a mis à jour le système de dopage russe organisé au plus sommet de l'Etat. Réuni mardi, le CIO avait décidé de ne pas statuer tout de suite sur le sort des sportifs russes envoyés au Brésil. Le Comité Olympique et son président Thomas Bach a fait preuve de prudence mardi, évitant de trancher tout de suite et de provoquer un séisme politique et sportif. Le Comité voulait attendre aussi cette décision du TAS. Si ce dernier avait statué en faveur des athlètes russes, le CIO aurait sûrement suivi et permis aux sportifs russes de participer aux JO de Rio. Mais maintenant que les 68 athlètes sont exclus des Jeux, la décision définitive que prendra le CIO d'ici six jours maintenant pourrait définitivement mettre un terme aux rêves olympiques russes cet été.