France féminine
Amandine Henry et les Bleues tenteront d'aller décrocher une première médaille olympique à Rio | FRANCK FIFE / AFP

JO 2016 - Football féminin : pour les Bleues, il faudra chasser le mauvais oeil

Publié le , modifié le

Avant même la cérémonie d'ouverture officielle de vendredi, c’est le tournoi de football féminin qui marquera le coup d’envoi effectif des Jeux de Rio. Face à la Colombie (cette nuit à 3h00 heure française, à suivre en direct sur France 4), l’Équipe de France entamera son périple les yeux rivés sur une médaille olympique, après avoir constamment buté à proximité du podium lors des dernières grandes compétitions. Au pays du football, les joueuses de Philippe Bergeroo tenteront donc d'exorciser leurs démons, dans un tournoi plus ouvert qu’il n’y paraît.

"On se voit à leur place". Quand on l’interroge sur le bel été du football français (finale de l’Euro pour les Bleus, champions d’Europe pour les Bleuets et Bleuettes), Eugénie Le Sommer n’y va pas par quatre chemins. "Quand on voit l'engouement que leurs parcours ont suscité, ça nous donne envie de le vivre maintenant". Une impatience collective qui prendra fin cette nuit lors de l’entrée en lice des joueuses de Philippe Bergeroo face à la Colombie, une formation face à laquelle l’Équipe de France avait chuté lors de la phase de poules de la dernière Coupe du Monde au Canada (défaite 2-0).

Dernière vitrine pour briller avant que les différents championnats ne redeviennent le pain quotidien, les Jeux Olympiques ont cette saveur particulière que les autres compétitions n’ont pas. "C’est un cran au-dessus de la Coupe du Monde, c’est quelque chose de magique", confie d’ailleurs Elodie Thomis sur le site de la Fédération. Des yeux qui pétillent avant d’entamer les choses sérieuses pour une Équipe de France qui ne se cache pas au moment de dévoiler ses ambitions : monter sur le podium olympique le vendredi 19 août au stade Maracana, jour de finale et du match pour la médaille de bronze.

"Peur que ça nous porte malheur"

"On sait ce qu'on a à faire, il faut qu'on aille chercher une médaille", poursuit Elodie Thomis. Un son de cloche général repris également du côté du staff et de la FFF. L'objectif, c'est "ramener une médaille, ce serait quelque chose d'exceptionnel, parce qu'on attend ça depuis longtemps", avance le sélectionneur Philippe Bergeroo, pour une sélection française à la recherche d’une médaille aux Jeux depuis l’or récolté par les garçons en 1984.

Mais plus que ces 32 ans de disette olympique, les joueuses auront à cœur d'effacer les déceptions qui s’enchaînent depuis cinq ans maintenant. Malgré un groupe talentueux et plein de promesses, les Bleues sont dans l’incapacité chronique d’accéder à un podium, qu’il soit olympique, mondial ou européen. 4e au Mondial 2011 et aux JO de Londres, quarts de finaliste à l'Euro 2013 et au Mondial 2015… Peu importe la compétition, peu importe le pays, peu importe les joueuses ou le sélectionneur, l’Équipe de France semble incapable de se surpasser au moment critique, celui où elles doivent faire jaillir la magie de leurs pieds pour enfin vibrer.

Dans un entretien accordé au Progrès, Wendy Renard confie elle aussi ses ambitions, sans pour autant se risquer à clamer haut et fort l’objectif de monter sur l’une des marches du podium - la plus haute de préférence. "Personnellement, je sais ce que je veux, mais je ne veux rien claironner non plus par peur que ça nous porte malheur". Preuve que l’appétit des françaises est grand mais les doutes encore bien présents. Quatre ans après la tragédie londonienne, les Bleues espèrent profiter du soleil de l’hiver brésilien pour enfin s’immiscer dans la lumière. Mais la route jusqu’au mythique Maracana sera longue et semée d’embûches.

Les États-Unis veulent continuer à régner, le Brésil veut briller

Après un premier test face aux Colombiennes, les Bleues n’auront pas à attendre pour entrer dans le vif du sujet. Dès samedi, elles affronteront pour leur deuxième match le rouleau compresseur américain qui ne visera pas moins qu’une cinquième médaille d’or en six olympiades. Un mastodonte que les Bleues tenteront de faire chuter, et elles ne seront pas les seules. A domicile, les Brésiliennes auront à gérer la pression populaire de tout un pays qui n'espère pas revivre la tragédie vécue face à l’Allemagne il y a deux ans en demi-finale de leur Coupe du Monde. Emmenée par Marta, la Seleçao apparaît néanmoins comme le principal outsider face à des américaines contre qui elles auront forcément un esprit de revanche après les deux finales perdues en 2004 et 2008. L’Allemagne et le Canada auront eux aussi leur carte à jouer pour le titre suprême sur la longue et périlleuse route jusqu’à la médaille d’or.

Mathieu Aellen