Athlètes russes
Combinaison de plusieurs athlètes russes qui pourraient manquer les JO à Rio en cas d'exclusion de leur pays par le CIO. | KIRILL KUDRYAVTSEV ALEXANDER NEMENOV FABRICE COFFRINI KAZUHIRO NOGI ALBERTO PIZZOLI JOHANNES EISELE LLUIS GENE / AFP

JO 2016 : Décision d'ici sept jours sur la participation de la Russie

Publié le , modifié le

Le CIO devrait prendre une décision sur la participation de la Russie aux Jeux de Rio "d'ici 7 jours", a-t-il indiqué mercredi, 48 heures après la publication du rapport McLaren démontrant l'existence d'un dopage d'Etat et à moins de trois semaines des JO.

"On s'attend à une décision d'ici sept jours sur la participation éventuelle des athlètes russes à Rio", a déclaré à l'AFP la porte-parole du CIO, Emmanuelle Moreau. La commission exécutive du CIO réunie en urgence mardi n'avait pas tranché sur une éventuelle exclusion de la Russie des JO-2016, après la publication en début de semaine du rapport McLaren, qui a démontré l'existence d'un système de dopage organisé par l'Etat russe, avec le soutien actif des services secrets, de 2011 à 2015, dans 30 sports.

Dans son communiqué publié mardi, le CIO avait précisé qu'il allait d'abord "prendre en considération" l'avis du Tribunal arbitral du sport (TAS), sans préciser alors la date à laquelle il entendait statuer sur la participation ou non de la Russie aux JO. L'instance la plus haute de la justice sportive doit en effet se prononcer jeudi à Lausanne sur le sort de 68 athlètes russes qui contestent leur suspension par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), les privant de Rio. Le TAS doit décider si l'exclusion collective prononcée le 17 juin par l'IAAF est conforme aux règles de l'IAAF elle-même, à celles du Code mondial antidopage et à la Charte olympique.

Le CIO "très réticent" à envisager l'exclusion de la Russie

Le CIO est "très réticent" à envisager l'exclusion de la Russie des JO de Rio malgré le rapport McLaren accablant qui a révélé l'existence d'un système de dopage organisé, a estimé mercredi Dick Pound, ancien président de l'agence mondiale antidopage et membre du CIO. "J'ai vraiment l'impression en lisant entre les lignes (...) que le CIO est, pour une raison que j'ignore, très réticent à envisager une exclusion totale des Russes", a expliqué Dick Pound sur la BBC radio. 

"Quand vous devez prendre une décision aussi grave qu'exclure une délégation toute entière, vous voulez être sûr de ne pas trébucher sur un obstacle juridique auquel vous n'aviez pas pensé", a-t-il ajouté au sujet des précautions prises par le CIO qui étudie toutes les conséquences juridiques d'une telle décision. Pour Pound, une exclusion "forcerait la Russie à reconnaître que le reste du monde n'est pas prêt à concourir avec eux à moins qu'ils ne changent".

AFP