JO Lillehammer 2016
La patinoire de Lillehammer est déjà prête à accueillir les JO 2016 | Jed LEICESTER / Youth Information Service (YIS)/IOC / AFP

Jeux Olympiques de la Jeunesse 2016 : presque comme des grands !

Publié le , modifié le

Après une première expérience inoubliable en 1994, Lillehammer accueille la deuxième édition des Jeux Olympiques de la Jeunesse. Les champions de demain se révéleront en Norvège, du 12 au 21 fevrier, lors d'épreuves qui seront résumées quotidiennement sur France 4. La France sera représentée en force lors de ces compétions organisées par le CIO et ouvertes aux jeunes âgés de 15 à 18 ans.

Cérémonie d’ouverture
Vendredi 12 février à partir de 18h55 en exclusivité sur France 4

en direct de la Lysgårdsbakkene Ski Jumping Arena à Lillehammer
Commentaires : Alexandre Boyon et Carole Montillet

Les Jeux Olympiques de la Jeunesse
Du samedi 13 au dimanche 21 février à 20h20 sur France 4

Un magazine quotidien pour suivre toute l’actualité et les résultats de cet événement.

Roulez jeunesse, skiez jeunesse. Pour cette deuxième édition des Jeux Olympiques de la Jeunesse, après une première expérience plus que concluante à Innsbruck en 2012, ce ne sont pas moins de 1100 jeunes athlètes âgés de 15 à 18 ans et provenant de 70 pays différents qui vont déferler sur la paisible station de ski de Lillehammer. Mais le petit village norvégien est paré. Il y a 22 ans, il avait déjà reçu, et de quelle manière, les "grands" JO et maîtrise donc déjà parfaitement son sujet. La neige a elle aussi répondu présent et tout est fin prêt pour accueillir et organiser les quinze disciplines différentes qui jalonneront ces deux semaines de compétition : biathlon, bobsleigh, combiné nordique, curling, hockey sur glace, luge, patinage artistique, patinage de vitesse, saut à ski, short track, skeleton, ski alpin, ski freestyle, ski nordique et snowboard.

Lindsey Vonn, l'égérie de la jeunesse

A événement exceptionnel, ambassadrice exceptionnelle. Pour attirer les projecteurs à travers les fjords, les organisateurs ont eu la bonne idée de confier le rôle de marraine de ces JOJ à Lindsey Vonn. L'Américaine, sûrement la skieuse la plus populaire du monde, hommes et femmes confondues, est chargée de promouvoir et de faire connaître cette composition aux yeux du grand public et des sponsors. Ces derniers sont attendus en nombre en Norvège car ils savent bien que les cracks de demain sont sur les pistes aujourd'hui. Outre l'aspect purement sportif, ces JOJ priment également par leur rôle de véritable laboratoire à idées, à expérimentations technologiques. Le Comité International Olympique (CIO) suit évidemment de près ces expériences grandeur nature afin de pouvoir éventuellement les greffer aux "grands" JO, qu'ils soient d'été comme à Rio cette année ou d'hiver à Pyeongchang dans deux ans.

"C'est la collaboration entre les fédérations internationales, le CIO et  les commissions d'athlètes qui permet des innovations en terme d'épreuves",  explique Christophe Dubi, directeur exécutif du CIO pour les Jeux Olympiques. Des innovations qui, si elles sont concluantes, peuvent intégrer le programme olympique comme ce fut le cas pour le slopestyle, testé aux JOJ d'Innsbruck en 2012 et intégré au programme des Jeux de Sotchi deux ans plus  tard. Le rôle de laboratoire des JOJ ne se limite pas à la pratique sportive. Sur  le plan technologique, les dix jours de compétition offrent aussi un formidable  terrain d'expérimentation. A Lillehammer , l'OBS, société de production du CIO, associée à l'un de ses top sponsors, testera des effets de réalité virtuelle qui, en cas de succès, seront répliqués lors des Jeux d'été de Rio.

Les Bleus bien encadrés

C'est dans ce laboratoire à ciel ouvert que la France débarque avec ses graines de champions tricolores, 15 filles et 17 garçons, qui ne demandent qu'à éclore. Après Edgar Grospiron en 2012, c'est un autre champion olympique, l'ex-biathlète Vincent Defrasne, qui a été intronisé chef de mission et chaperonnera les 32 jeunes athlètes de la délégation tricolore dont le porte-drapeau sera Merlin Surget, spécialiste de snowboard cross. A ses côtés Marie-José Pérec, Gwladys Epangue, Victoria Ravva, Malia  Metella, Marie-Laure Brunet et Edgar Grospiron joueront les grands frères et conseillers, selon la philosophie des JOJ qui repose autant sur la performance sportive que sur l'apprentissage et la transmission.

Car, il ne faut pas s'y tromper, ces Jeux s'adressent encore et avant tout à des grands enfants. Si les participants veulent déjà marcher sur les traces de leurs modèles, il sont aussi là pour s'amuser. D'où une ambiance festive voire parfois déjantée qui contraste avec l'esprit de compétition qui règne sur les Jeux Olympiques traditionnels. "Les à-côtés n'ont rien à voir", note Edgar Grospiron. "Il y a des concerts, des animations, des stands de partage d'expériences avec des athlètes tuteurs, les  "role models" choisis par le CIO, des ateliers de sensibilisation à la nutrition, à l'antidopage, aux paris sportifs, au double projet..." Bref, il faut bien que jeunesse se passe et, à Lillehammer, tout est réuni pour qu'elle se passe dans les meilleures conditions.

Julien Lamotte