La délégation de réfugiés aux JO de Rio 2016
La délégation de réfugiés à la cérémonie d'ouverture des JO de Rio 2016 | AFP - PEDRO UGARTE

Jeux Olympiques 2020 - Une équipe de réfugiés alignée à Tokyo

Publié le , modifié le

Le Comité international olympique (CIO) a annoncé qu'une équipe de réfugiés serait bien constituée lors des Jeux Olympiques d'été à Tokyo, en 2020. A Rio, en 2016, le CIO avait déjà composé cette équipe pour la première fois. Le CIO a d'ores et déjà "identifié 51 sportifs vivant dans des camps de réfugiés ou dans des conditions de réfugiés", a expliqué Pero Miro, l'un des responsables du CIO en charge des relations avec les comités nationaux olympiques.

"Dans un monde idéal, nous n’aurions pas besoin d’une équipe de réfugiés aux Jeux Olympiques. Mais, malheureusement, les raisons pour lesquelles nous avions initialement créé une équipe olympique des réfugiés avant les Jeux de Rio 2016 sont toujours d'actualité." Thomas Bach, le président du CIO, a justifié ainsi la décision du Comité d'incorporer pour la deuxième fois une équipe de réfugiés lors des JO d'été. "C’est la suite d’une extraordinaire aventure olympique et humaine, un rappel aux réfugiés qu’on ne les oublie pas".

Des ambitions de médailles pour ces 2e JO

Le CIO "a identifié 51 sportifs vivant dans des camps de réfugiés ou dans des conditions de réfugiés", a expliqué Pere Miro, l'un des responsables du CIO, en charge des relations avec les comité nationaux olympiques. Une partie de ces sportifs sont susceptibles de participer aux JO de Tokyo. Parmi ces 51 sportifs figurent les 10 présents aux Jeux de Rio, a-t-il précisé. L'un des dix sportifs engagés à Rio, Yech Pur Biel, coureur de demi-fond du Soudan du Sud, était présent à "la session à Buenos Aires. "On peut avoir de grands espoirs à Tokyo-2020. En 2016, nous avons participé, cette fois, nous y irons non seulement pour concourir, mais nous pouvons ramener l'or ou au moins une place en finale", a déclaré à la presse Yech Pur Biel.

Depuis Rio 2016, le CIO continue de soutenir ces 10 olympiens, ainsi que d’autres athlètes réfugiés sur les cinq continents, par le biais du programme de soutien de la Solidarité Olympique qui leur est destiné. Grâce à des bourses qui prennent la forme de subventions mensuelles pour l’entraînement et de subventions fixes pour la compétition, la Solidarité Olympique et les Comités Nationaux Olympiques qui accueillent ces réfugiés aident ces derniers à se préparer et à participer à des compétitions nationales et internationales. Ces 51 sportifs identifiés sont engagés dans sept sports (contre 3 à Rio), dont l'athlétisme, le judo, le karaté, la natation ou le taekwondo.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze