Tokyo 2020
Une triathlète à bout de forces en raison de la chaleur lors des Test Events de Tokyo à l'été 2019 | TETSU JOKO / YOMIURI

Jeux Olympiques 2020 : le CIO envisage de déplacer de Tokyo à Sapporo le marathon et la marche en raison de la chaleur

Publié le , modifié le

Le Comité international olympique a annoncé mercredi qu'il envisage de déplacer le marathon et les épreuves de marche des Jeux olympiques de Tokyo 2020 à Sapporo, dans l'île d'Hokkaido au nord du Japon, afin de "protéger les athlètes" des fortes chaleurs attendues à Tokyo. Cette annonce survient deux semaines après la fin des Mondiaux d'athlétisme à Doha, où les conditions étaient très rudes...

Ne pas reproduire la même erreur. C'est sans doute ce que doit se dire le Comité international olympique. Il a annoncé mercredi qu'il envisage de déplacer le marathon et les épreuves de marche des Jeux olympiques de Tokyo 2020 à Sapporo, dans l'île d'Hokkaido au nord du Japon, afin de "protéger les athlètes" des fortes chaleurs attendues à Tokyo.  Douze jours après la clôture des Mondiaux d'athlétisme à Doha, le CIO semble apprendre des leçons nées de la compétition au Qatar. En effet, ces Championnats du monde avaient subi de vives critiques quant à la tenue de l'événement à cette période (28 septembre au 6 octobre), à Doha. Les conditions climatiques, pour les épreuves hors du stade (marche et marathon), s'avéraient invivables. De nombreux athlètes, dont Yohann Diniz le champion du monde français du 50 km marche, avaient été contraints à l'abandon. 

à voir aussi Doha 2019 : des Mondiaux au bord du fiasco  Doha 2019 : des Mondiaux au bord du fiasco 

Alors à dix mois des Jeux Olympiques à Tokyo, le CIO anticipe et prend en compte les températures très hautes enregistrées depuis deux étés dans la capitale japonaise. En août, le mercure a facilement cassé la barre des 40 degrés, le tout dans une atmosphère humide. Le matin, ou tard le soir, le thermomètre affichait encore plus de 30 degrés. Soit assez semblable à ce qui a pu se dérouler à Doha. Cet été, des Test Events avaient été réalisés dans la capitale nippone, en guise de répétition avant la grande fête. La chaleur avait fait craquer nombre d'entre eux, lors du triathlon ou marathon.

Sapporo, à 1000 kilomètres de là

Interviewé avant les Mondiaux de Doha, Yohann Diniz avait déjà évoqué son inquiétude quant aux conditions pour les Jeux de Tokyo. "L'année prochaine à Tokyo, ça sera la même chose (avec des conditions dengereuse, ndlr). On avance les horaires de départ pour les JO. On passe d'un départ de 7h30 à 5h30 du matin. Ça fait deux années de suite qu'il fait très chaud à Tokyo en août. Il va falloir encore avancer l'heure peut-être avec les Test Events qui ont lieu récemment, dont le triathlon où il y a eu des malaises. Ce sont des choses sur le calendrier qui sont incompréhensibles." Pour exemple,     Mais les "tests-events", la triathlète française Cassandre Beaugrand avait dû être hospitalisée, victime d'une insolation.

Le CIO évoque ainsi l'idée de transférer les épreuves de marche et marathon à Sapporo (qui avait accueilli les JO d'hiver en 1972), à 1000km de Tokyo. Ce déplacement sur l'île d'Hokkaido, la préfecture la plus septentrionale du Japon, permettrait "aux athlètes de concourir par des températures nettement moins élevées pendant les Jeux olympiques", a expliqué le CIO. "Cinq ou six degrés centigrades de moins", indique-t-on. Les modalités visant à assurer le déplacement du marathon et de la marche "seront discutées avec toutes les parties prenantes concernées", notamment la ville de Tokyo, World Athletics et les détenteurs des droits de diffusion, a expliqué le CIO.  La commission de coordination du CIO pour Tokyo 2020 consacrera une séance spéciale, lors de sa réunion du 30 octobre au 1er novembre à Tokyo, aux mesures pour lutter contre la chaleur. La dernière fois que Tokyo avait accueilli les JO d'été, en 1964, l'événement avait été organisé en octobre, précisément pour éviter la chaleur.