Jérémy Stravius
L'ancien dossiste, Jérémy Stravius, reconverti sur le crawl | AFP - PASCAL GUYOT

Jérémy Stravius marque son territoire sur les séries du 200m des "France"

Publié le , modifié le

Alors qu'il détenait la meilleure marque nationale avant ces championnats de France avec un temps de 1'47"56, Jérémy Stravius a frappé un grand coup lors des séries du 200m, ce matin. L'Amiénois a en effet réalisé le meilleur temps en touchant en 1'46"81. Seul Jordan Pothain, présent dans la même course que lui, a tenu le choc en réalisant le deuxième temps en 1'47". Champion olympique en titre de la distance, Yannick Agnel a nagé presque deux secondes moins vite pour réaliser le 4e temps (1'48"60).

Pour la qualification aux Jeux Olympiques de Rio, cela se passera lors de la finale, ce soir à 18h28. Et il faudra passer sous la barre des 1'46"06 pour valider son voyage au Brésil. Mais le match entre Jérémy Stravius et Yannick Agnel est loin d'être fini. Le Mulhousien est champion olympique, et champion tout court. En 2013, un an après sa couronne olympique et alors qu'il venait juste de commencer sa (courte) collaboration avec Bob Bowman après une petite coupure suite à son départ de Nice, il avait remporté le titre de champion du monde de la distance. A court d'entraînement. A 23 ans, désormais sous la houlette de Lionel Horter, le géant de 2.02m n'est donc jamais à prendre à la légère. Surtout pas lorsqu'il faut aller chercher une des deux premières places de la finale, et un temps, pour lui ouvrir la route de ses deuxièmes Jeux Olympiques, avec la défense de son titre en jeu.

Agnel en difficulté

"Je crois que je suis capable d'aller chercher dans les tréfonds de moi-même pour décrocher de belles choses", a-t-il déclaré après sa course. L'ancien Niçois sait qu'il n'est plus le même nageur qu'en 2012. "S'il y a 4 ans on m'avait dit qu'il se passerait tout ce qu'il s'est passé là, dans cette olympiade, je ne l'aurais jamais cru", glisse-t-il avant d'énumérer. "Il s'est passé énormément de choses, il y a des choses... comment dire... que psychologiquement j'ai pu accepter, qu'on a pu accepter avec Camille (Muffat) à l'époque, où à un moment donné après les Jeux, voilà les choses sont parties en cacahuètes et on a dit stop. Tout simplement, chacun à notre façon. Il y a eu beaucoup de changements, il y a eu les Etats-Unis qui m'ont extrêmement fatigué, la disparition de Camille qui m'a affecté, il y a eu des choses aussi dans mon cercle familial qui ont été compliquées à gérer. Bref, je vis aussi et j'ai mon lot d'expériences". Entre le chrono et la concurrence, Yannick Agnel a deux défis à relever ce soir.

Avec son 1'46"81, Jérémy Stravius réalise la cinquième meilleure performance mondiale de la saison, à un dixième de l'Australien Cameron McEvoy. Jamais il n'avait été aussi vite dans des séries matinales. "Je ne pensais pas que le temps serait déjà inférieur à 1:47", s'est réjoui Stravius. "Je voulais montrer que j'étais bien là et en forme. Je nage plus vite dès le matin que mon meilleur temps de la saison donc c'est très très bon". Cela présage un sacré duel ce soir, avec peut-être les premiers minima de ces championnats de France. Une lutte à laquelle pourraient se mêler les jeunes Jordan Pothain (22 ans) et Clément Mignon (23 ans), qui ont séparé les deux stars en nageant respectivement en 1'47"00 et 1'48"39. Et attention également à l'expérimenté Grégory Mallet, auteur du 5e temps en 1'48"78.

A lire aussi: Balmy et Gheorghiu les deux nageuses de Montpellier

Dans la matinée, Coraly Balmy a également marqué les esprits en réalisant le meilleur temps des séries sur 400m nage libre (4'09"47). Finaliste sur cette distance à Pékin et Londres, la nageuse d'Antibes, qui a réalisé les minima déjà cette année, semble bien partie pour valider son billet pour Rio. Charlotte Bonnet a également réalisé le meilleur temps des séries sur 100m brasse, en 1'09"57. Enfin, Camille Lacourt n'a pas raté son entrée en lice sur 50m dos. Le double champion du monde en titre de la distance a fini en 24"96, avec près d'une demi-seconde d'avance sur Eddie Moueddene (25"44).