Jansrud champion olympique de super-G

Jansrud champion olympique de super-G

Publié le , modifié le

Le skieur norvégien Kjetil Jansrud a été sacré champion olympique de super-G aux JO de Sotchi, dimanche à Rosa Khoutor. Jansrud, 28 ans, a devancé l'Américain Andrew Weibrecht, médaillé d'argent, ainsi que le Canadien Jan Hudec et l'Américain Bode Miller, ex aequo pour la médaille de bronze.

Jansrud s'inscrit ainsi dans la lignée de Kjetil Andre Aamodt, triple champion olympique en 1992, 2002 et 2006, et d'Aksel Lund Svindal, couronné en 2010 mais décevant dimanche (7e). Le Norvégien s'est imposé avec 30/100e d'avance sur le surprenant Américain Andrew Weibrecht, qui avait disparu totalement des écrans radars depuis sa  médaille de bronze dans la discipline à Vancouver en 2010. 

Bode Miller dans l'histoire des Jeux

Weibrecht s'est invité ainsi sur le podium devant son compatriote Bode Miller et le Canadien Jan Hudec, qui ont terminé dans le même souffle (+53/100e) pour partager la médaille de bronze. Miller est devenu ainsi le skieur le plus âgé à être médaillé olympique en ski alpin. L'Américain a décroché son sixième podium olympique à 36 ans et 127 jours  exactement. Il supplante ainsi dans les annales le Norvégien Kjetil Andre Aamodt, qui  s'était offert sa huitième médaille, sa quatrième en or, à Turin en 2006 à 34  ans et 169 jours.

Déception pour Svindal et Innerhofer

Alors que Svindal, le roi des épreuves de vitesse en Coupe du monde, n'a  pas réussi à accrocher la moindre médaille à son cou à Sotchi, Jansrud vient ainsi porter haut les couleurs de la Norvège. Lui qui a grandi dans un petite village à quelques kilomètres de  Lillehammer, la station des Jeux d'hiver de 1994, s'offre ainsi sa troisième médaille olympique. 

Jansrud, sur son nuage, a encore une cartouche avec le géant mercredi, une discipline dans laquelle il est vice-champion olympique. L'Italien Christof Innerhofer, l'autre double médaillé de ces Jeux en ski alpin masculin, est passé à la trappe après dix secondes de course et pouvait taper son bâton de rage dans la neige. 

Zéro pointé pour les Français en vitesse

L'équipe de France de ski alpin n'a toujours pas réussi à lancer le compteur de médailles. Adrien Théaux, le mieux placé des Français, a terminé à  la 11e place (+1 sec 21) et quitte ainsi les Jeux sans gloire, comme le reste du groupe de vitesse. Théaux a fait mieux que David Poisson, dont la 16e place constituait  jusque-là la meilleure performance française en cinq épreuves messieurs et dames, il est vrai en l'absence de quelques spécialistes, comme la championne du monde de descente Marion Rolland.

Quatre ans après le "zéro pointé" ramené des JO de Vancouver, les Français tablent désormais sur les épreuves techniques (géant mercredi, slalom samedi) pour briser la malédiction olympique. Alexis Pinturault, qui a laissé filer une occasion en super-combiné, Jean-Baptiste Grange ou Thomas Fanara constitueront les meilleures chances  françaises.

Gilles Gaillard