Isinbayeva
Yelena Isinbayeva. | PHILIPPE HUGUEN / AFP

Isinbayeva, le soleil de la perche

Publié le , modifié le

Depuis son arrivée au sommet de la perche à seulement 20 ans, Yelena Isinbayeva est devenue la "Tsarine", en écho au Tsar Sergueï Bubka. Comme son compatriote, elle est au-dessus des autres, avec les records du monde, mais pas autant de titres qu’elle pouvait espérer. Elle peut néanmoins être la première à décrocher un 3e sacre olympique, alors qu'elle débute les qualifications aujourd'hui.

Une silhouette de mannequin, un sourire désarmant, Yelena Isinbayeva se promène avec bonheur sur tous les sautoirs du monde depuis son arrivée chez les seniors en 2000. Ancienne gymnaste trop grande pour ce sport (1.74m) et redirigée vers la perche à 15 ans, elle s’est rapidement illustrée. Un record du monde junior (4.20m) à 18 ans, des premiers Jeux à Sydney deux ans après pour une élimination en qualification, et une médaille de bronze dès ses premiers Mondiaux en plein air en senior, en 2003, à Paris.

Avec cette base, la native de Volgograd pouvait rêver des plus hauts sommets. Elle les a atteints rapidement : des titres mondiaux (2005, 2007), olympiques (2004, 2008), et surtout des records du monde à la pelle. Le premier en 2003 (4.82m) en plein air (qu’elle améliorera à 14 reprises pour atteindre désormais 5.06m), en 2004 (4.81m) en salle (12 fois battu pour être désormais à 5.01m). Seule perchiste à avoir franchi cette barre mythique des 5m, elle est pourtant passée par deux fois à côté des Mondiaux, en 2009 (aucune barre franchie) et 2011, après une pause de 11 mois pour se reposer, surtout mentalement. Contrairement au Tsar Bubka, qui n’a été champion olympique qu’une fois pour six titres mondiaux, Yelena Isinbayeva a déjà conquis l’or olympique. Double tenante du titre, elle rêve d’un troisième sacre, pour devenir le premier perchiste (homme ou femme) de l’histoire à gagner trois médailles d’or aux JO.