Hubert Henno
Le libéro international de Tours, Hubert Henno | MAXPPP - ANTHONY MASSARDI

Hubert Henno, le retour de "l'ancien" en équipe de France

Publié le , modifié le

Souvent appelé ces derniers mois mais jamais retenu dans le groupe final pour les compétitions, Hubert Henno, à bientôt 40 ans, retrouve l'équipe de France pour ce si décisif Tournoi de qualification olympique (TQO) de Tokyo. "Hubert a l'habitude des grands rendez-vous", souligne Arnaud Josserand, l'assistant de Laurent Tillie qui compte sur son "expérience du haut niveau. Cela m'a semblé important qu'il l'apporter sur le TQO".

Lorsque Hubert Henno remporte sa première Ligue des Champions (et réalise le triplé championnat et Coupe de France) avec le Paris Volley, en 2001, Trévor Clévenot, son coéquipier dans le groupe France n'a que 7 ans. Lorsqu'il se pare de bronze aux championnats du monde avec les Bleus en 2003, Benjamin Toniutti n'a pas encore 14 ans. Lorsqu'il atteint la finale de la Ligue mondiale en 2006, Earvin NGapeth, vient de fêter ses 15 ans. C'est avec eux qu'il va tenter de décrocher la qualification pour les Jeux Olympiques, lui qui est le seul à les avoir disputés dans le groupe France (en 2004 à Athènes).

Cadre des Bleus durant plusieurs années, lors des premiers résultats acquis par la bande de Philippe Blain (vice-champion d'Europe 2003 et 2009, finale Ligue mondiale 2006), le natif de Boulogne-Billacourt avait ensuite quitté le giron tricolore. Après avoir mené Paris puis Tours sur le toit de l'Europe, il avait débuté son périple le menant à Moscou, mais surtout dans le championnat italien où il a multiplié les titres. Revenu depuis deux saisons à Tours, il va de nouveau endosser le maillot bleu lors d'une compétition officielle. "C'est une autre génération, mais je m'adapte. Les jeunes sont très branchés réseaux sociaux, cela n’empêche pas que nous restions beaucoup ensemble.", glisse-t-il.

"Habitué des grands rendez-vous"

"L'équipe est très fraîche, très récente, dans le haut niveau", rappelle Arnaud Josserand, l'adjoint de Laurent Tillie. "On n'a pas disputé beaucoup de finales, même si on les a toutes gagnées (rires). Hubert a l'habitude des grands rendez-vous." Benjamin Toniutti, le capitaine et passeur de l'équipe, abonde: "C'est un joueur expérimenté". Pour cette dernière possibilité de se qualifier pour les Jeux de Rio, et remettre le volley tricolore aux JO pour la première fois depuis Athènes-2004, Laurent Tillie a convié le Tourangeau: "J’ai choisi de rappeler Hubert parce qu’il a fait un très bon championnat avec Tours et qu’il a une énorme expérience du haut niveau, cela m’a semblé important qu’il l’apporte sur le TQO."

Au poste de libéro, la France possède pourtant l'un des meilleurs au monde. Jenia Grebennikov. Elu meilleur libéro de la Coupe d'Europe cette année, mais aussi de l'Euro-2015 comme du championnat du monde 2014, le joueur de Treia, en Italie, aurait pu voir en son aîné i une mise en concurrence. Pas du tout. "Il a vécu pas mal de choses. Je respecte beaucoup Hubert. C'est un très grand libéro, avec beaucoup d'expérience, de maturité. Il peut nous encadrer. En plus il est très disponible. Il fait du bien." Un avis partagé par le staff: "Il s’est fondu dans le groupe de façon incroyable, il est à l’écoute, il fait preuve de beaucoup d’humilité, tout en ayant à cœur de faire partager son expérience", se réjouit Laurent Tillie. "Il est sûr de ce qu'il fait. Il a beaucoup de fraîcheur et d'expérience. Il sera utile", ajoute Arnaud Josserand, même si l'adjoint avoue que les blessures sont rares au poste de libéro, et que même avec un doigt luxé, Grebennikov avait joué le championnat du monde en 2014.

Alors que pour le TQO de Berlin, le staff avait fait le choix de ne prendre aucun libéro de remplacement pour renforcer ses capacités offensives, le rappel de Hubert Henno est un signe fort. Cela permettra à l'ancien joueur du Paris Volley de croiser son ancien coéquipier en Bleu comme dans la capitale, Stéphane Antiga, désormais sélectionneur de l'équipe de Pologne.

Hubert Henno et Stéphane Antiga sur le banc de l'équipe de France lors du championnat du monde 2002
Hubert Henno et Stéphane Antiga sur le banc de l'équipe de France lors du championnat du monde 2002