GS4 reconnaît une "pagaille humiliante" sur la sécurité

Publié le , modifié le

Nick Buckles, patron de la firme GS4, dont la défaillance a obligé le gouvernement britannique à mobiliser des militaires et policiers supplémentaires pour les JO s'est exprimé devant les députés ce mardi. Il a reconnu une "pagaille humiliante" confiant qu'il n'avait appris les difficultés pour honorer le contrat de 10 400 gardiens que "le 3 juillet alors qu'il était en vacances". Buckles a reconnu que seulement 4 200 gardes étaient déjà prêts et qu'il espérait encore fournir 7 000 vigiles. Le scandale pourrait faire perdre plus de 63 millions d'euros à la société cotée à Londres. La défection de son entreprise fait planer un doute sur la sécurité des JO.

.