Céline Goberville
La Française Céline Goberville (à gauche) sur son premier podium olympique | AFP - MARWAN NAAMANI

Goberville: "fière d'apporter une médaille à la France"

Publié le , modifié le

Céline Goberville s'est dite "très fière d'avoir apporté une médaille pour la France" dimanche à Londres, où elle a été la première Tricolore à monter sur le podium des Jeux Olympiques avec une deuxième place dans l'épreuve de tir au pistolet à dix mètres.

Vous êtes la première médaillée française. Que ressentez-vous?
Céline Goberville
:: "Je suis très fière de ramener une médaille pour la France. Je ne  pensais pas monter sur le podium, même si j'avais fait une bonne saison, car ce  sont mes premiers JO. J'ai encore du mal à réaliser. J'ai été déçue du dernier  plomb qui me fait passer de la première à la deuxième place. Mais l'important,  c'est la médaille".$

Comment vous est venue la passion du tir?
CB
: "Toute ma famille fait du tir. Ma soeur est en équipe de France, mes  parents y étaient aussi. C'est une affaire de famille. Je suis née dans le  milieu et j'ai été éduquée par des parents qui ont connu le haut niveau. C'est  en grande partie grâce à eux que j'ai une médaille aujourd'hui. Je me fie  énormément à mon père pour tout ce qui est planning, entraînement, je lui fais  confiance sur tout. Il gère ma carrière. Ca me permet de me concentrer sur mon  sport car moi je n'ai pas envie de gérer, mais de tirer sans me poser de  question."
   
Pensez-vous que votre médaille va aider le tir français?
CB:
"Ca me fait plaisir de pouvoir en faire parler. C'est un sport qui  mérite d'être connu. Il y a beaucoup de fausses idées qui circulent sur le tir,  comme lorsqu'on dit que c'est dangereux. J'espère pouvoir le faire connaître et  inciter les gens à aller dans un stand de tir pour découvrir ses valeurs, le  calme, la concentration, le contrôle de soi, et dépasser les idées reçues. On  dit souvent que c'est un sport d'hommes alors que justement c'est un sport qui  n'est pas physique et qui se joue uniquement sur le mental. C'est peut-être  parce que les cow-boys sont toujours des hommes!"

AFP