Romain Girouille
L'archer Romain Girouille | AFP - FILIPPO ALFERO

Girouille, sur un air de Flute

Publié le , modifié le

Depuis le titre olympique de Sébastien Flute en 1992 à Barcelone, la France du tir à l’arc lui cherche un successeur. A Londres, il pourrait être trouvé, en la personne de Romain Girouille, qui débute le concours olympique aujourd’hui.

A 24 ans, Romain Girouille va déjà disputer ses deuxièmes Jeux Olympiques. A Pékin, en 2008, il s’était classé 43e, alors qu’il n’avait que 20 ans. Un épisode qui lui a beaucoup appris. Deux ans après, il est devenu champion d’Europe, année au cours de laquelle il a atteint la deuxième place au classement mondial. C’est la première fois, depuis Sébastien Flute, qu’un Français devenait le maître de l’Europe. Alors forcément, le champion du monde junior en 2006 ne peut échapper à la comparaison.

Car à Barcelone, Sébastien Flute a fait sortir la discipline de l’anonymat en remportant la médaille d’or olympique. Et c’est notamment avec lui que Romain Girouille s’entraîne, puisque le Breton de naissance a tenté de revenir sur le devant de la scène pour aller à Londres. Un objectif raté, notamment à cause de son benjamin, lors des Championnats de France à Vittel, en salle. Double vice-champion du monde par équipes, le natif du Cher a gagné en expérience, en confiance, en sérénité. Son actuel 8e rang mondial lui offre de belles perspectives, même si l’or semble taillé pour la nation phare de la discipline, la Corée du Sud. 17e du tournoi de Londres, en octobre dernier, dans ce qui était une répétition des JO, il a pu, comme les autres, prendre ses marques. Et il a neuf mois pour ajuster la mire, remportant le Grand Prix d’Asie à Bangkok en février. Désormais, il doit viser juste.