Giba
Le volleyeur brésilien Giba | AFP - JUAN MABROMATA

Giba, l’autre roi du ballon rond

Publié le , modifié le

Au pays du football et de ses cinq couronnes mondiales, un autre sport accumule les étoiles: le volley-ball. Aujourd'hui, la formation brésilienne affronte les Etats-Unis. Et dans cette équipe brésilienne, un joueur sort du lot : Giba, considéré comme le meilleur du monde.

Il n’a pas le numéro 10 dans le dos, comme toutes les gloires du foot auriverde. Mais son N.7 fait frémir tous les adversaires. A 35 ans, Gilberto Amaury de Godoy Filho, dit Giba, n’a pas un physique monstrueux, au contraire de son palmarès. 1.92m pour 85kg, cela ne donne pas le tournis. En revanche, champion olympique (2004) et vice-champion olympique (2008), triple champion du monde en titre (2002, 2006, 2010), sans oublier 8 Ligues mondiale (entre 2001 et 2010), et pléthore d’autres titres, il est l’un des principaux artisans de la suprématie brésilienne.

Réceptionneur-attaquant, il brille dans tous les domaines. Accrocheur et teigneux en défense, il fait exploser les défenses adverses avec sa détente fabuleuse et son bras monstrueux. Avec moustache, avec un bouc, imberbe, mal rasé, il alterne les visages, mais pas son rendement. Professionnel depuis 1996, il a passé sept saisons en Italie, avant d’en passer deux en Russie, pour revenir au Brésil, là où tout a commencé. Là où son aura est immense. Boule d’explosivité et meneur d’hommes exceptionnel, il a même été élu sportif masculin de l’année en 2006. Au pays du football, cela montre tout son talent et toute la reconnaissance d’une nation à la recherche d’une troisième couronne olympique dans son histoire. Afin de participer aux Jeux de 2016 en tenant du titre, à Rio de Janeiro.