Shelly-Ann Fraser-Pryce
Shelly-Ann Fraser-Pryce | ERIC FEFERBERG / AFP

Fraser, la reine olympique du sprint

Publié le , modifié le

Déjà sacrée à Pékin, la Jamaïcaine Shelly-Ann Fraser-Pryce a conservé son titre de championne olympique du 100 m dans le temps exceptionnel de 10.75 (vent +1,5 m/s). LA double nouvelle championne olympique a devancé l'Américaine Carmelita Jeter (10.78) et l'autre Jamaïcaine Veronica Campbell-Brown, 3e en 10.81.

L e ton est donné. 24h avant les garçons, les sprinteuses du 100 m ont offert l'un des plus belles finales. Rapide, serrée, disputées, elle n'a livrée son verdict que dans les derniers centimètres. Fraser-Pryce a pris un meilleur départ que Jeter, prenant légèrement  l'avantage dans les premières foulées avant d'accroître son avance sur Jeter,  championne du monde l'an dernier à Daegu .

La finale la plus dense de l'histoire

L'Américaine a ensuite grignoté son retard sans venir mourir à quelques centièmes (3!) de Fraser-Pryce, qui signe au passage le 2e meilleur temps de la saison sur la  distance, derrière ses propres 10.70 des sélections jamaïcaines en juin. Les deux autres Américaines présentes en finale terminent au pied du podium  malgré de nouveaux records personnels avec Tianna Madison, 4e en 10.85 et  Allyson Felix, 5e en 10.89.

La finale de Londres est le 100 m le plus relevé de l'histoire en terme de  densité, puisque la Nigériane Blessing Okagbare, 8e et dernière, a terminé en  11.01. Entre elle et Allyson Felix, se sont intercalées la Trinidéenne Kenny-Ann  Baptiste (6e, 10.94) et l'Ivoirienne Murielle Ahouré (7e, 11.00). Cela promet pour la course des garçons demain soir!

Le 100 m victorieux de Shelly-Ann Fraser-Pryce

A 25 ans, la Jamaïcaine devient la première athlète a conservé son titre sur l'épreuve-reine depuis l'Américaine Gail Devers (1992, 1996). Elle est la troisième athlète seulement a réaliser cet exploit, après Devers donc et Wyomia Tyus  (1964, 1968). Un authentique exploit qu'Usain Bolt peut réaliser demain. Fraser-Pryce a "couru" la voie à suivre.

Mathieu Baratas